Aspartame, un substitut pas très innocent au sucre!

Longtemps présenté comme un substitut idéal au sucre, l’aspartame fait aujourd’hui l’objet de beaucoup de questionnements. Le très sérieux Nouvel’Obs est parmi ceux qui se sont intéressés à la question.

Dans un article au titre sans équivoque « L’aspartame ne fait pas maigrir, il fait même grossir », il est expliqué que « Contrairement à ce que l’on veut nous faire croire, non seulement l’aspartame ne fait pas maigrir, mais il fait même grossir, car il est un leurre pour le cerveau. Quand vous prenez de l’aspartame, le cerveau réagit comme lorsque vous consommez du sucre, il dit au pancréas de fabriquer de l’insuline. Mais comme n’avez pas véritablement pris de sucre, la sensation de satiété ne s’installe pas, et vous devez manger davantage pour la combler, ce qui favorise la prise de poids. »

Et que « Des médicaments contenant des dérivés d’aspartame comme le E961 sont utilisés par des éleveurs pour que le bétail grossisse plus vite! »

Pire encore, l’aspartame serait même toxique à un certain degré de chaleur. Ainsi, « sous forme liquide et au-delà de 30 degrés, l’un des deux acides aminés qui composent l’aspartame devient toxique », « C’est pourquoi les fabricants de soda light insistent sur le fait qu’il faut boire leurs boissons très froid. Mais la température du corps étant de 37 degrés, on peut s’interroger sur ce qui se passe une fois ces liquides ingérés », s’interroge-t-on dans l’article de l’Obs.

Précisons que l’aspartame n’est pas une substance naturelle mais il s’agit d’un édulcorant artificiel composé de deux acides aminés naturels.

Il fut découvert dans les années 60, à Chicago, par le laboratoire Searle. A l’origine, il était étudié en vue de faire un médicament anti-ulcère, raconte Henriette Chardak, journaliste  à l’origine de l’enquête relayée par l’Obs. Mais son pouvoir sucrant, environ 200 fois plus élevé que le sucre, a ouvert d’autres perspectives plus lucratives dont notamment le business des boissons light.

Commentaire Facebook