Boycott: une guerre interne divise le mouvement!

Grosse scission au sein du mouvement du boycott, du moins dans sa composante numérique.

En effet, les pages Facebook ayant initialement lancé l’appel au boycott il y a plus d’un mois sont aujourd’hui accusées par d’autres pages de travailler désormais pour les marques boycottées. L’accusation va même plus loin en affirmant que l’un des patrons des trois groupes concernés aurait littéralement acheté ces pages là.

Il s’agit d’après les accusateurs des pages Casa Bel Visa, Wavo et الدارالبيضاء عاصمة الاجرام. Une vidéo partagée par ces derniers sur les réseaux sociaux montre comment le discours de ces pages a évolué pour s’orienter vers la critique du gouvernement avec une position moins  acharnée quant au boycott et aux marques boycottées.

« Ces pages ont vendu le match en annonçant la fin du boycott et je vais vous en montrer les preuves », lance la voix off.

Cette voix annonce par ailleurs que le boycott n’est pas fini et redirige les followers vers les pages « dignes de confiance ».

Il faut dire que c’est la première fois qu’un différend éclate au grand jour au sein de la communauté boycotteuse digitale.

Quel impact ce tournant aura-t-il sur la version physique du boycott? Force est de constater que les comportements ne sont plus aussi homogènes qu’au pic de la campagne.

Cette scission risque ainsi de donner un bon argument à une frange de la population qui ne suivait le boycott que par réflexe de solidarité ou pas peur des représailles.

Mais ce serait dangereux que de tourner vite cette page de l’histoire du Maroc sans en tirer les leçons qui s’imposent pour contribuer à améliorer le bien être des consommateurs marocains.

Commentaire Facebook