Loi des Finances 2018 : le pouvoir d’achat passe à la trappe!

Le gouvernement El Othmani estime qu’il y en encore de la marge pour presser davantage le portefeuille du consommateur moyen. Il semble donc décidé à poursuivre dans la même lignée de son prédécesseur avec des augmentations de taxes et impôts et zéro geste visant l’encouragement de la demande intérieure.

Ainsi le projet de loi des Finances 2018 tel qu’adopté en Conseil de Gouvernement est mis sous le signe de l’augmentation des ressources de l’Etat en prélevant sur le pouvoir d’achat des consommateurs.

Quelques mesures emblématiques :

– Augmentation de la TVA sur le carburant pour passer de 10 à 14% (donc augmentation automatique du prix (déjà élevé) à la pompe!).- -Augmentation du prix du timbre de passeport. Il passe à 500 dirhams au lieu de 300 (on trouve très normale une augmentation de 200 dirhams d’un coup!).                                                                        -Augmentation des droits de douane sur l’import des produits finis et semi-finis en provenance des pays asiatiques notamment. Ils passent de 17,5 et 25% actuellement à respectivement 25 et 30%.

En revanche, aucune baisse de l’IR, aucune mesure encourageant le crédit ou l’accès à la propriété, aucune déduction des frais de l’enseignement privé de l’IR ou autre formule intelligente (sachant que la défaillance du système public est de la faute de l’Etat), etc.

Le discours officiel veuille que l’on mette le prochain exercice sous le signe de la relance. Or, celle-ci ne peut passer que par l’encouragement de la demande intérieure. On en est décidément bien loin.

Commentaire Facebook