Pommes enrobées de cire : quel danger?

Ces derniers jours sur les réseaux sociaux, les alertes se sont multipliées sur l’existence d’une couche suspecte enrobant les pommes (importées comme locales).

Il s’agit en effet de cire. Celle-ci est très largement utilisée dans l’industrie agroalimentaire en générale.

A quoi sert-elle?

Elle sert à (source)

-Protéger les fruits contre les contaminations extérieures et les salissure

-Limiter la perte de poids au cours du transport

-Améliorer la conservation pendant la commercialisation

-Pour des fruits graisseux ou de brillance irrégulière comme la variété Granny Smith, la cire pomme redonne un éclat naturel régulier plus apprécié

Est-elle toxique?

Même au niveau international, la question de la toxicité de cette cire n’est pas élucidée. Et il semble même que les organismes de contrôle sanitaire ne se soient sérieusement attaqué à cette probabilité.

Toutefois, un certain type de cire pourrait être cancérigène comme l’affirme un article du site canadien passeportsante.net citant Radio Canada. D’après cet article, « la cire mise en cause contient de la morpholine, un produit non recommandé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ».

« Le danger ne proviendrait pas de la morpholine elle-même, qui ne semble pas provoquer d’effets toxiques lors d’expositions, mais plutôt de son dérivé, la N-nitrosamine (N-nitrosomorpholine) qui résulte de sa conversion immédiate. Ce produit s’est en effet avéré cancérogène chez les animaux. La principale source d’exposition pour la population relève de la consommation d’aliments «contaminés » ».

Quels sont les autres produits concernés?

« L’industrie agroalimentaire est une grande utilisatrice de morpholine qui se retrouve non seulement dans les cires pour fruits et légumes, mais aussi dans le processus de transformation des aliments (traitement à la vapeur) ainsi que dans les matériaux d’emballage alimentaire. Des études ont également détecté de la morpholine dans des shampoings, des cosmétiques, des articles de toilette et des produits en caoutchouc, dont les tétines (sucettes et biberons) ».

Existe-il une législation en la matière?

« Malheureusement, il n’existe pas encore d’obligation d’étiquetage pour les cires et les enrobages protecteurs des fruits et légumes frais », se désole de son côté le site extenso.org. « Pour le moment, le seul pouvoir de l’ACIA (Agence Canadienne d’Inspection des Aliments [l’équivalent de l’ONSSA marocain]), est de conseiller fortement aux utilisateurs de ce type de produits de lire attentivement les fiches techniques et la liste d’ingrédients des enrobages protecteurs, afin de s’assurer que ceux-ci ne contiennent pas d’allergènes majeurs ».

ça c’est au Canada. Au Maroc, on vous dit bon appétit!

Commentaire Facebook

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *