Mission : la France n’est pas là pour réparer l’école au Maroc!

C’est une situation pour le moins surréaliste: dmes citoyens marocains qui s’indignent contre une politique publique française! L’étonnement s’atténue lorsqu’on apprend qu’il s’agit d’enseignement et d’école publique…française!

En effet, dans le cadre de restrictions budgétaires décidées pour 2018, les écoles de missions se sont vu amputées de 33 millions d’euros du budget alloué à l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), soit une baisse de près de 10%!

« Cette ponction sur la subvention de l’Agence se traduira par une suppression de 180 postes d’expatriés et d’enseignants résidants dans plusieurs pays, dès l’année prochaine, et d’environ 160 en 2019 », explique L’Economiste dans un article paru le 28 novembre 2017.

Conséquence : baisse attendue de la qualité de l’enseignement au Maroc dont la mission française accueille aujourd’hui un nombre sans cesse croissant d’élèves marocains. En effet, sur les 37.000 élèves que compte le système français au Maroc, 60% sont des marocains!

«Nous appréhendons de manière très sérieuse cette situation», s’inquiète Younès Elhimdy, coordonnateur des associations des parents d’élèves affiliées à la FAPEE (Fédération des associations de parents d’élèves des établissements d’enseignement français à l’étranger).

Plus concrètement, « les parents craignent surtout une dégradation de la qualité de l’enseignement offert, puisque le personnel français sera remplacé par des contractuels locaux, n’ayant bénéficié d’aucune formation préalable. Les nouveaux entrants dans le système en seront les plus impactés (CP et CE1) », explique L’Economiste.

«Nous exigeons que cette mesure soit revue, et éventuellement, étalée dans le temps, afin que l’accompagnement nécessaire soit mis en place pour une transition appropriée», relève Elhimdy.

Une exigence adressée bien sûr aux politiques français! Pas compliqué d’imaginer leur réponse : « on n’est pas là pour réparer l’école au Maroc! »

 

Commentaire Facebook

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *