ONMT : Zouiten victime d’un bilan « trop » positif?

A la fin novembre une info surprise tombe : Aberrafiae Zouiten quitte l’ONMT. Le traitement de la presse consacré par la suite à cette affaire partira dans tous les sens. Deux thèses principales ressortent.

Première thèse

Il s’agit d’un départ purement technique vu que Zouiten était maintenu sur poste via dérogation étant donné qu’il a déjà atteint l’âge de la retraite depuis déjà deux ans.

Deuxième thèse

Un licenciement légale certes mais qui ne manque pas de volonté de « faire mal » voire de « se venger ».

La vérité (si elle existe) est, comme d’habitude, un mix des deux.

Ce qui est sûr est que l’ancien DG ne s’attendait pas à ce que son aventure à la tête de l’ONMT se termine de sitôt et surtout pas dans des conditions pareilles.

Il est à partir de là certain qu’il s’agit d’un limogeage probablement prémédité mais non moins de dernière minute.

Pourquoi?

Les raisons sont multiples.

Il y’a d’abord la volonté légitime des nouveaux dirigeants du département de Tourisme d’installer leurs propres éléments à la tête des établissements stratégiques. Rappelons à ce titre que Zouiten est arrivé à son tour à la tête de l’ONMT à la faveur d’un limogeage d’Abdelhamlid Addou, aujourd’hui PDG RAM.

Mais il semble qu’il y a également le désir de punir Zouiten pour sa mise en avant trop remarquée éclipsant en conséquence ses bosses.

En effet, les derniers mois ont été particulièrement riches en réalisations pour l’ONMT notamment pour ce qui est des ouvertures de nouvelles lignes aériennes entre le Maroc et le reste du monde. Zouiten, qui a fait du renforcement de l’aérien son cheval de bataille pour relancer les arrivées touristiques, semblait de plus en plus proche de gagner son pari. Il est d’ailleurs attendu que le Maroc finisse l’année avec plus de 11 millions de touristes. Ce qui est pour le moins une prouesse au vu de l’image sécuritaire négative de la zone arabe dans le monde!

Dans ce cycle de succès de contrats aériens celui de relier Dakhla à la France va être la réussite de trop.

En effet, le 26 octobre, un vol inaugural Transavia (filiale Air France) est assuré entre Dakhla et Paris Orly. Faut-il rappeler la portée hautement politique et géopolitique d’un tel vol? D’ailleurs, le Polisario, ennemie premier du Royaume, ne tardera pas à crier au scandale et même à envisager d’attaquer Transavia en justice!

A travers ce coup on sort du purement touristique pour se retrouver dans quelque chose de beaucoup plus compliqué et Zouiten se retrouve malgré lui enfiler le costume du héros national! Un costume trop grand pour lui?!

Au-delà de l’action à proprement parler c’est dans la symbolique que ce commis d’Etat rodé au protocole a probablement failli. En effet, sur la photo souvenir du vol inaugural aucun représentant du gouvernement n’est présent! (photo plus haut)

Avait-il sollicité la présence de son ministre de tutelle qui s’est décommandé pour agenda incompatible? Tout est possible. Et ce n’est pas le silence religieux des premiers concernés qui viendra mettre de la lumière sur ce coup de théâtre riche en intrigues de cour!

Si le départ de Zouiten est une perte certaine pour l’ONMT il est néanmoins permis d’espérer que son remplaçant ait les mêmes ambitions et le même dynamisme pour la destination et la marque Maroc.

Commentaire Facebook

Commentaires: 0

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *