Prêt-à-porter: les marques turques victimes d’une fronde protectionniste!

Avec un rapport qualité/prix défiant la concurrence, le prêt-à-porter turc a vite su conquérir les consommateurs marocains. Il est désormais soumis à un droit douanier de 25%!

Les importations de textile et vêtements turcs soumis à nouveau à un régime douanier de protection tarifaire.

C’est en tout cas ce que veut une décision du ministère de l’Industrie qui suspend par son biais l’application d’une partie de l’Accord de libre échange signé entre le Maroc et la Turquie.

La suspension ne devrait pas dépasser les 12 mois toujours selon ce que prévoit l’ALE, notamment son article 17.

Ce type de mesures protectionnistes est permis dans le cadre d’ALE en cas de menace de disparition sur la filière dans le pays. Pour le textile marocain, le dommage est plus qu’avéré. Mais il n’est pas la résultante des seules exportations turques. Il est d’abord du au manque de compétitivité et d’innovation des produits locaux. Et l’une des justifications théoriques des ALE est justement  leur impact structurant sur l’économie en la forçant à se mettre à niveau.

 

En tout cas, la raison protectionniste semble l’avoir emporté cette fois. Fera-t-on de même pour ce qui est des produits de grande consommation?

Commentaire Facebook