Journée mondiale de l’eau : Lydec rappelle ses principaux enjeux

Dans le cadre de la journée mondiale de l’eau qui se tient le 22 mars de chaque année, Lydec a tenu un point de presse, en présence de Noureddine El Amarti, Directeur Exploitation des réseaux et infrastructures, l’occasion de mettre en exergue les principaux enjeux liés à la distribution de l’eau potable ainsi que les performances de l’opérateur depuis 1997.

En 2018, Lydec a mis en distribution près de 200 millions de m3 . Alimenter en eau les habitants d’une agglomération de la taille de Casablanca constitue pour le délégataire casablancais un défi de tous les jours. Cela implique un engagement quotidien en faveur de la préservation de la ressource et de la qualité de l’eau distribuée. Ainsi, avec un taux d’urbanisation qui ne cesse d’augmenter, Lydec prévoit un volume moyen journalier de 753.000 m³ d’eau potable en 2030 dans le Grand Casablanca.

Par ailleurs, la gestion déléguée a investi plus de 5,4 milliards de DH depuis 1997 à fin 2018 pour la réalisation d’ouvrages tels que les réservoirs ainsi que de projets de raccordement, de renforcement ou de renouvellement du réseau d’eau potable dans le Grand Casablanca.

La lutte contre les fuites d’eau, une préoccupation majeure de Lydec
Dans le cadre de son engagement en faveur de la gestion durable des ressources naturelles, Lydec lutte en permanence contre le gaspillage des ressources et veille à sécuriser l’alimentation en eau potable.
Ainsi, afin d’économiser la ressource en eau, Lydec recherche en permanence les fuites sur le réseau de distribution. Grâce à des technologies innovantes pour la détection et la réparation des fuites d’eau, aussi bien sur le réseau desservant les habitations qu’au niveau des branchements et des compteurs, Lydec a pu économiser l’équivalent de 51 millions de m 3 d’eau en 2018 par rapport à 1997, soit le volume annuel nécessaire à plus d’un million d’habitants. De même, plus de 14 800 fuites sur les branchements et compteurs des clients et près de 1500 fuites sur canalisations ont été identifiées et réparées la même année.

Un contrôle rigoureux et en permanence de la qualité de l’eau distribuée
Au-delà de sa mobilisation pour garantir une continuité de fourniture en eau potable, Lydec délivre à ses clients une eau conforme à la norme marocaine NM 03.7.001. La conformité de la qualité de l’eau à l’entrée et à la sortie des réservoirs est rigoureusement contrôlée, 24h/24 et 7j/7, à partir du Centre de Veille et de Conduite Centralisée de Lydec, depuis son arrivée dans les réservoirs, sur le réseau de distribution et jusqu’à son acheminement aux habitants. Des paramètres tels que la turbidité, le chlore et la température sont notamment contrôlés en temps réel. Ces contrôles concernent également toute la chaîne de distribution : l’analyse d’échantillons est effectuée quotidiennement à travers 167 points de prélèvement répartis sur l’ensemble du Grand Casablanca.
En 2018, le laboratoire des analyses des eaux de Lydec a réalisé 96.500 analyses bactériologiques et physico-chimiques, les exigences légales marocaines étant fixées à 58.700 analyses par an : le taux de conformité globale s’établit à 99.97 %. Ce nombre d’analyses correspond à un effort analytique plus de 1,5 fois supérieur aux exigences de la norme.
Par ailleurs, chaque trimestre, Lydec publie un bulletin sur la qualité de l’eau distribuée (en arabe et en français), disponible dans les agences clientèle de Lydec et dans les Espaces services partenaires, et consultable sur www.lydec.ma.
Selon le management de Lydec, la qualité de l’eau produite par l’ONEE et la SEOER, et distribuée par Lydec, est totalement conforme aux normes sanitaires en vigueur au Maroc. Cette eau peut donc être bue en toute sérénité et sans aucun traitement additionnel, précise Lydec.

L’accès aux services essentiels à travers le projet INDH-Inmae
Dans le cadre de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH), lancée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI le 18 mai 2005, Lydec a signé un accord-cadre le 13 septembre 2005 avec la Wilaya du Grand Casablanca, l’Autorité Délégante et le Ministère de l’Intérieur pour la mise en place du projet INDH-Inmae dont l’objectif est d’apporter l’accès à domicile aux services – eau potable, assainissement et électricité – aux habitants des quartiers défavorisés dont les autorités ont décidé le maintien sur place (Casablanca, Mohammedia, Mansouria, Médiouna et Nouaceur). Ainsi, l’opération cible plus de 92.500 foyers, soit environ 500.000 habitants, pour un coût global estimé à environ 2 milliards de DH.

Le projet INDH-Inmae repose sur 3 principes:
1. L’accès à domicile à l’eau potable, l’assainissement et l’électricité
2. La validation préalable des opérations et des listes des bénéficiaires par les autorités
3. L’accompagnement des habitants avant, pendant et jusqu’à l’appropriation des services.

De surcroît, les opérations bénéficient d’un cadre spécifique pour le financement : Une contribution des bénéficiaires de 2.000 DH TTC par service avec des facilités de paiement de 4 à 7ans, une contribution de la Gestion Déléguée à travers l’exonération des frais de participation et des peines et soins ainsi qu’une subvention d’une partie des travaux.

Etat d’avancement du projet :
– 50.639 foyers raccordés aux services
– 15.070 foyers en cours de travaux
– 11.117 foyers en cours d’études
– 15.726 foyers en attente de financement

 

Commentaire Facebook