Prix à la consommation: l’année 2019 a été plutôt clémente pour vos bourses!

En gros, l’année 2019 a été clémente pour le portefeuille du consommateur si l’on croit les statistiques du HCP. Le haut commissariat au Plan vient en effet de révéler l’évolution de son IPC à fin décembre et la moyenne pour l’ensemble de l’année. Ainsi pour le mois décembre uniquement, l’Indice des prix à la consommation enregistre une stagnation. Quant à la moyenne annuelle, elle est de 0,2% d’après le HCP. Ce qui implique en conséquence une inflation sous-jacente en hausse de 1%.

Dans le détail, la stagnation de l’IPC durant décembre « est le résultat de la stagnation de l’indice des produits alimentaires et celui de l’indice des produits non alimentaires ». « Les baisses des produits alimentaires observées entre novembre et décembre 2019, concernent principalement les «poissons et fruits de mer » avec 2,1%, les « viandes » avec 0,8% et le « Café, thé et cacao » avec 0,4% ».

En revanche, « les prix ont augmenté de 1,8% pour les « légumes », de 0,3% pour le « Lait, fromage et œufs»  et les « Huiles et graisses » et de 0,2% pour les « Fruits » ».

Pour les produits non alimentaires, la baisse a concerné principalement les prix des «Carburants» de 0,2%.

Par ailleurs, l’IPC annuel moyen a enregistré, au terme de l’année 2019, une augmentation de 0,2% par rapport à l’année 2018. Cette hausse est « la conséquence de la hausse de l’indice des produits non alimentaires de 0,9% et de la baisse de celui des produits alimentaires de 0,5% », explique le HCP.

Les variations enregistrées pour les produits non alimentaires vont d’une stagnation  pour le «Transport» à une hausse de 3,1% pour l’«Enseignement».

Par villes, les hausses les plus importantes de l’IPC annuel ont été enregistrées à Fès avec 1,2%, à Settat avec 1,0%, à Casablanca avec 0,7%, à Guelmim avec 0,6%, à Meknès, Laâyoune, Beni-Mellal et Al-hoceima avec 0,5% et à Dakhla et Safi avec 0,4%.

En revanche, une baisse a été enregistrée  à Oujda avec 0,3%.