Formation-CarrièreNewsslide

Team building : Des tendances se dessinent malgré la crise

Si la plupart des opérations de team building restent a l’arrêt, certains mouvements très présents avant la crise liés à l’éco-responsabilité ou encore au “Care” porteront certainement le marché de demain.

La crise sanitaire que nous traversons a mis un coup d’arrêt à la quasi-totalité des événements d’entreprises et les dispositifs de team building en première ligne. Pour autant, durant cette période le besoin de créer du lien entre les collaborateurs n’a jamais été aussi prégnant. “Notre carnet de commandes s’est vidé à compter du 16 mars, déplore Jean Devanlay directeur général de Capdel, filiale du groupe Hopscotch, et spécialisé dans le “small event” vendu en ligne. Pour les opérations déjà engagées, cela a évolué vers des annulations ou des reports.” Ainsi, comme bon nombre d’acteurs du secteur, Capdel a piloté son activité de team building via des opérations à distance par le biais de plates-formes dédiées.

L’expert précise néanmoins que lorsque le mois de juin est arrivé, le téléphone s’est remis à sonner avec des clients qui avaient envie de mettre en place des projets de team building, mais la rentrée de septembre et l’obligation du port du masque en entreprise et dans de nombreuses grandes villes ont eu raison de ce nouvel élan.

Pour autant, avant la crise sanitaire, certaines tendances se dessinaient et tout porte à croire qu’elles seront toujours d’actualité à la sortie de la crise.

Ainsi, les entreprises étaient nombreuses à profiter de leur opération de team building pour travailler leur RSE. “Dans cette perspective, nous proposons par exemple des offres de cuisine solidaire qui consistent à réunir les équipes pour préparer à manger autour d’un chef et d’en donner une partie à la Croix Rouge qui va en assurer la distribution. Ou encore de nettoyage de plages ou de forêts. Ces événements fonctionnaient bien et il y a fort à parier que cela sera toujours le cas après la crise”, précise Jean Devanlay.

Autre sujet de prédilection des entreprises avant la crise, le “Care”, cette tendance qui consiste à prendre de soin de ses salariés par exemple à travers l’organisation de cours de yoga, des séances de relaxation ou encore de massages. Jean Devanlay relevait également avant la crise sanitaire une réduction de la taille des équipes dans les dispositifs de team building afin de privilégier le dialogue et renforcer les liens entre les collaborateurs.

Inévitablement, la crise impactera profondément le développement du marché et les dispositifs de team building à distance comme les challenges sportifs entre collaborateurs via des applications ou encore les escape game virtuels vont très certainement fleurir. “Le sujet de la création de lien va être encore plus prégnant, assure Jean Devanlay. Dans un contexte de télétravail quasi-généralisé, il va falloir faire en sorte de maintenir l’amour du maillot quand les collaborateurs ne sont présents sur site qu’un ou deux jours par semaine.” “Nous sommes vraiment dans un moment particulier. Tout ce qui était vrai hier ne l’est plus, confie Lionel Berthet, directeur conseil de l’agence Imaé. Tous les dispositifs pouvant se dérouler en respectant les règles sanitaires vont se développer à l’image des escape game virtuels qui constituent un métier à part entière et sur lequel certains prestataires sont particulièrement axés.”

Même constat du coté de Séminaire Collection qui observe également une forte demande de la part des entreprises de resserrer les liens avec les équipes et surtout le besoin de contact humain, d’être ensemble tout en gardant cette notion de sécurité sanitaire. Avant la crise, Delphine Porcher, co-fondatrice de Séminaire Collection notait déjà un engouement pour les dispositifs liés à la création collective pour renforcer la cohésion de groupe. “Les entreprises montrent aussi beaucoup d’intérêt autour de l’éco-responsabilité, remarque-t-elle également. Dans ce cadre, nous proposons par exemple des opérations autour des abeilles à travers des jeux pédagogiques en présence d’un apiculteur.”

Quant aux activités de création collective, elles peuvent prendre la forme d’ateliers autour de la création de vins ou de bières. “Des dispositifs tournés vers la convivialité qui viennent conforter l’idée selon laquelle les entreprises ont réellement besoin de créer du lien”, souligne Delphine Porcher.

Avant la crise, les dispositifs autour du Made in France avaient également le vent en poupe à travers la visite d’un territoire, de son environnement, des spécificités locales, ou culinaires. Une tendance dans la droite ligne des tendances sociétales qui se poursuivra certainement en sortie de crise.

Source: courriercadres

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page