Tensions sociales chez Inwi

La nouvelle direction de l'opérateur télécoms est venue avec comme cahier des charges redresser la barre de l'entreprise en difficulté.

L’histoire est simple et ne date pas d’aujourd’hui mais a été reprise et relayée récemment par le quotidien en ligne Hufftpost, dans sa version marocaine.

Il s’agit en fait du licenciement de deux représentants du syndicat UNTM, l’aile syndicale du PJD. Les deux concernés soutiennent que c’est de l’abusif quand le management de Wana Corp. renvoie au justifié.

Voici la réponse donnée au Hufft :

-Deux collaborateurs ont été licenciés pour des raisons parfaitement justifiées et acceptables: le premier a présenté, en 2016, 21 certificats médicaux totalisant 90 jours d’absence. Un autre collaborateur passait plusieurs heures par jour dans un café à côté du siège de l’entreprise. Il s’agit soit d’abandon de poste et d’absences répétitives.

Wana conteste par ailleurs la représentativité même de l’UNTM :

« L’UNTM n’est pas le syndicat élu. le bureau syndical d’Inwi a été élu sous les couleurs de l’UMT, qui est le représentants légitime des salariés sur la base des dernières élections organisées au sein de l’entreprise ».

Toujours est-il que le sentiment d’un climat social sous tension au sein de l’opérateur télécoms semble devenir de plus en plus partagé parmi ses collaborateurs.

La nouvelle direction est venue avec la mission de redresser la barre de l’entreprise ayant laissé beaucoup de plumes dans sa course à la part de marché contre Méditel en particulier.

Il paraît aussi, selon nos informations, que l’ancienne direction « a eu un certain penchant à privilégier les cadres d’une certaine nationalité avec des salaires plus que juteux » ce qui n’a pas été sans impact sur la rentabilité de l’entreprise.

Dans un tel contexte, la pression sur les RH est généralement plus accentuée que dans les temps normaux. Ce qui doit amener à être davantage vigilants quant au respect du droit.

Comments are closed.