Food-BoissonsNewsService publicslide

Les prix du poulet poursuivent leur envolée 

Sur les marchés, les prix du poulet poursuivent leur flambée. D'ailleurs, les prix des aliments ont atteint des sommets, ces derniers mois. Pourtant, une certaine accalmie était attendue. Les détails dans cette revue de presse tirée du quotidien Al Akhbar.

Les prix du poulet poursuivent leur envolée. Désormais, il faut compter en moyenne 25 dirhams le kilo pour s’approvisionner sur les marchés, un niveau rarement atteint par le passé et poussant beaucoup de monde –consommateurs et même commerçants- à se poser des questions sur les véritables raisons de cette flambée.

Dans son édition du mercredi 21 septembre, Al Akhbar tente d’apporter des réponses en se fiant aux explications fournies par les producteurs. D’après ces derniers, les niveaux actuels des prix de la volaille sur les marchés sont principalement dus à la cherté des aliments pendant la période estivale, conjuguée à une hausse de la demande.

Selon le président de la représentation professionnelle du secteur cité par le quotidien, la poursuite de la guerre en Ukraine a eu de graves répercussions sur les cours des aliments. Le prix de ces derniers est ainsi passé de 12 à 16 dirhams récemment, suite à l’envolée des prix du soja et du maïs qui constituent 80% de la composition des aliments pour la volaille. D’après la même source, les producteurs déploient d’importants efforts pour limiter cette inflation, quitte à subir, dans certains cas, des pertes sur leurs productions.

Dans le même registre, ajoute Al Akhbar, des producteurs de viande de volaille ont saisi, à travers l’une de leurs représentations professionnelles, l’Association des distributeurs d’aliments afin de les convaincre de faire également des efforts supplémentaires pour stopper la hausse des prix de leurs produits. L’appel est d’autant plus pressant que l’on constate actuellement une certaine accalmie sur les marchés mondiaux, avec des baisses comprises entre 50 et 70 dollars la tonne pour certains composants alimentaires pour volaille. D’ailleurs, dans certains pays arabes, on constate déjà une baisse des prix du poulet au kilo sur les marchés, chose qui n’est pas encore perceptible au Maroc.

En attendant de voir si cet appel aura un écho, l’Association de protection des consommateurs estime que les niveaux actuels des prix sont également dus à certains dysfonctionnements dans la chaîne de valeur, notamment à l’absence de contrôle. En effet, l’association considère qu’une grande partie du poulet consommée par les Marocains ne passe pas les circuits formels permettant sa traçabilité et son contrôle, ce qui est problématique à plus d’un titre et non seulement pour les prix de vente.

Source: Le 360

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page