Hôtels-VoyagesNewsslide

Le tourisme en quête d’un renouveau durable et inclusif

Le tourisme mondial, foudroyé par une crise inédite durant ces deux dernières années, semble renaître de ses cendres pour effacer les pertes encaissées et aussi entamer sa quête d’un nouveau modèle plus durable et inclusif à même de renforcer sa résilience face aux chocs.

La réouverture progressive des frontières aériennes entre les pays a donné un coup de fouet à l’activité qui fait face, actuellement, à de nouveaux défis liés notamment au contexte de pressions inflationnistes et la flambée des prix des carburants.

Des défis qui interpellent plus que jamais sur la nécessité d’agir différemment en ce qui concerne le secteur touristique. Et c’est dans cette optique de changement de paradigme que la Journée mondiale du Tourisme (JMT) est célébrée cette année sous le thème « Repenser le tourisme ».

Plus qu’un simple slogan, il s’agit, selon l’Organisation mondiale du Tourisme (OMT), d’une véritable volonté de faire passer au premier plan l’humanité et la planète et de rassembler tous les acteurs, depuis les pouvoirs publics et les entreprises jusqu’aux collectivités locales, autour d’une vision partagée en faveur d’un secteur du tourisme plus durable, plus inclusif et plus résilient.

« La Journée mondiale du tourisme a toujours été l’occasion de nous retrouver pour fêter les succès, nombreux et variés, de notre secteur. Pendant le plus clair de quatre décennies, nous en avons célébré la croissance inégalée – en taille, en portée et en importance », a dit le Secrétaire Général de l’OMT, Zurab Pololikashvili, dans un message publié sur le site de l’organisation.

Et de poursuivre: « En 2022, nous allons, une fois encore, donner acte que le tourisme a été et reste porteur d’opportunités pour les populations partout dans le monde. Cependant, cette année, nous dressons aussi le constat particulier que nous ne pouvons pas revenir à nos habitudes d’avant. Il faut repenser le tourisme ».

Ainsi, il est nécessaire, avec la réouverture du monde, de tirer les enseignements de la pandémie et de la paralysie des voyages internationaux qu’elle a entraînée, a estimé M. Pololikashvili, notant que la crise a montré où renforcer la résilience et où agir pour une plus grande équité.

« Notre point de mire reste le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et ses 17 objectifs de développement durable, mais toutes les forces vives du secteur doivent repenser les moyens de les réaliser », a-t-il fait savoir.

Le SG de l’OMT a, à cet égard, souligné qu’il appartient à celles et ceux qui forment la base, large et variée, de la pyramide du tourisme, notamment les travailleurs du secteur, les petites entreprises et les destinations, de prendre les choses en main pour ouvrir la voie.

Parallèlement, a-t-il soutenu, les organisations internationales dont l’OMT, les gouvernements et les autorités locales doivent accompagner le secteur dans sa transformation, donner aux populations locales les moyens d’agir et veiller à ce que chacun ait voix au chapitre dans la construction d’un meilleur avenir.

Repenser le tourisme: une démarche déjà bien engagée

Pour M. Pololikashvili, repenser le tourisme constitue, certes, une démarche qui n’est pas facile, mais elle est déjà bien engagée, puisque la crise a été une inspiration et un catalyseur de la créativité.

« La pandémie a accéléré la transformation du travail, avec son lot de défis, mais en offrant aussi quantité de possibilités que la reprise du tourisme profite à un nombre toujours plus grand de personnes. Nous avons aussi bien avancé pour faire du tourisme un moteur central de l’économie verte, bleue et numérique, de sorte que la croissance ne soit pas aux dépens de la population ou de la planète », a-t-il expliqué.

Et ce n’est qu’un début, d’après le SG de l’OMT. « Le potentiel du tourisme est immense et notre responsabilité partagée est qu’il se matérialise pleinement », a-t-il martelé.

De son côté, le Secrétaire Général de l’Organisation des Nations-Unies (ONU), António Guterres, a souligné, dans un message publié sur le site de l’OMT, que la JMT est l’occasion de faire valoir l’immense potentiel du tourisme en tant qu’instrument d’inclusion, de protection de la nature et d’échange entre les cultures.

Moteur du développement durable, le tourisme, qui joue un rôle essentiel dans les systèmes de protection sociale, fondements de la résilience et de la prospérité des sociétés, favorise l’éducation et l’émancipation des femmes et des jeunes tout en stimulant le développement socioéconomique et culturel, a relevé M. Guterres.

Il a insisté sur la nécessité d’investir dans un tourisme propre et durable, réduire l’empreinte énergétique du secteur, adopter des feuilles de route vers zéro émission et protéger la biodiversité.

« Nous devons créer des emplois décents et veiller à ce que les profits générés soient mis au service des pays de destination et des populations locales. Les États, les entreprises et les consommateurs doivent adapter leurs pratiques en tenant compte des objectifs de développement durable et de l’impératif de limiter le réchauffement à 1,5° Celsius », a-t-il dit.

Il en va de l’avenir du secteur et de la survie de nombreuses destinations touristiques, notamment les petits États insulaires en développement, selon M. Guterres qui a indiqué qu’une première étape majeure a été franchie cette année à la Conférence des Nations Unies sur les océans, à l’occasion de laquelle la communauté internationale et l’industrie du tourisme se sont engagées à élaborer d’ici à 2024 un accord juridiquement contraignant sur la pollution plastique.

Et de conclure: « Il n’y a pas de temps à perdre. Réinventons le tourisme pour construire ensemble un avenir plus durable, plus prospère et plus résilient pour toutes et tous ».

Pour cette année, les célébrations officielles de la JMT se tiendront à Bali (Indonésie) le 27 septembre. Elles souligneront la reconnaissance croissante du tourisme comme pilier crucial du développement.

Source: MAP

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page