Caméras de surveillance: l’anarchie rejoint l’illégalité!

ça fait désormais partie du décor : les caméras de surveillance. On ne parle pas ici de ceux plantées ici et là par les services de sécurités mais de celles accrochées par les particulier. Pas un commerce qui n’en soit aujourd’hui dôté! Même les moul’ hanoute et moul’ zeriâa! Et ça ne fait pas sourire lorsque l’on sait que l’on fait l’objet d’un tournage pour lequel on n’a jamais être consulté et on n’a jamais donné d’accord!

Votre sentiment de malaise (si vous êtes de ceux qui leur arrive de pas s’en ficher!) est fondé. Car en effet, ce type de dispositif doit obtenir une autorisation préalable de la CNDP (Commission Nationale de contrôle de la protection des Données).

Un numéro matérialisant cette autorisation est attribué, lequel doit obligatoirement être affiché par le magasin en question.

Que faire alors avec les hors-procédure?