Finances-CréditNewsService publicslide

Nécessité de mesures proactives pour contenir l’inflation et stimuler la croissance

Des mesures proactives s’imposent pour s’assurer que le niveau des prix reste gérable et stimuler une croissance économique soutenue en 2023, ont souligné, jeudi, les participants à un webinaire organisé par la Chambre de commerce britannique pour le Maroc (BritCham).

Lors de cette rencontre, placée sous le thème “Entre crises et inflations : A quoi s’attendre en 2023 ?”, les intervenants ont mis l’accent notamment sur la nécessité de mettre en place des politiques macroéconomiques et monétaires adaptées pour faire face aux aléas de l’économie mondiale, soutenir la croissance et maintenir l’inflation à un niveau prudent.

S’exprimant à cette occasion, Amine Belhaj Soulami, chef de Cabinet du ministre de l’Industrie et du Commerce, a mis en exergue les leviers de la croissance économique du Maroc dans ce contexte particulier, notamment la facilitation du commerce et l’encouragement de l’investissement, l’atténuation des obstacles fiscaux, l’amélioration du climat des affaires et le renforcement de la compétitivité du pays.

La sécheresse a eu un impact direct sur les indicateurs macroéconomiques du pays, et sans les programmes de soutien public et le mesures de subventions, l’inflation aurait pu atteindre 7%, a-t-il relevé, rappelant que “le gouvernement a fourni des efforts considérables pour limiter les impacts de l’inflation, aussi bien sur les ménages que sur les entreprises, tout en mobilisant les parties prenantes pour assurer la continuité des chaînes d’approvisionnement”.

Il a, dans ce cadre, souligné que les perspectives de l’année en cours demeurent prometteuses, notant que l’investissement public va atteindre les 300 milliards de dirhams (MMDH), porté par la loi de finances, qui a une vocation principalement sociale, tandis que l’objectif de faire du privé, qui constitue actuellement un tiers de l’investissement global, un moteur de l’investissement, en portant sa part à deux tiers, est sur la bonne voie grâce à la mise en place de la Charte de l’investissement, l’opérationnalisation du Fonds Mohammed VI pour l’Investissement et l’adoption de plusieurs textes de lois, notamment ceux relatives aux délais de paiement et aux zones industrielles.

Pour sa part, Hakim Marrakchi, vice-président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), a relevé que le renforcement des fondements de l’Etat social va générer plusieurs opportunités dans divers secteurs, notamment ceux de la santé et de l’emploi.

Il a, par ailleurs, estimé que l’inflation, étant principalement importée, va jouer sur l’équilibre entre la production et la demande, et risque d’impacter la productivité des entreprises, mettant en avant l’importance d’une réforme fiscale qui encourage la production locale et taxe la consommation.

Dans ce contexte, M. Marrakchi a appelé à la mise en place de mesures de précaution relatives à l’encadrement des accords de libre-échange avec les pays concurrents afin de protéger la productivité du marché local.

Source: MAP

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page