Finances-CréditNewsslide

Le crédit bancaire fait face à un défi majeur avec l’augmentation du taux directeur

Alors que les prêts aux entités publiques ont enregistré une augmentation significative, le secteur privé a subi des ajustements, avec une diminution des prêts aux entreprises privées de 0,7% à 1%, et une baisse des prêts aux ménages de 2,3% à 2%. Ces observations sont issues d’une revue de presse du quotidien Les Inspirations Eco, qui met en lumière la dynamique élevée du crédit selon les statistiques monétaires de Bank Al-Maghrib (BAM) pour le mois d’octobre, comme rapporté dans l’édition du mardi 5 décembre.

Les analystes bancaires estiment que la croissance du crédit reste relativement élevée, malgré trois hausses successives du taux débiteur. Un observateur du marché financier cité dans l’article souligne que les décisions de BAM n’ont pas encore eu d’effets tangibles sur la trajectoire du crédit. Même si le coût du crédit a augmenté, les caractéristiques fondamentales du crédit restent inchangées, selon l’analyste.

La croissance du crédit au secteur non financier présente des tendances divergentes, avec une forte augmentation des prêts aux sociétés publiques, tandis que le secteur privé montre des ajustements, notamment une diminution des prêts aux entreprises privées et un ralentissement des crédits aux ménages. L’analyse détaillée révèle des nuances intéressantes, telles que l’atténuation de la baisse des facilités de trésorerie et la décélération de la croissance des crédits à l’équipement.

En ce qui concerne les créances en souffrance, leur taux de croissance a diminué de 7,1% en septembre à 6,4% en octobre 2023, avec un ratio stable de 8,8% par rapport au crédit. Cette amélioration indique une certaine résilience dans le système financier malgré les défis actuels.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page