Finances-CréditNewsslide

Ralentissement des crédits à la consommation en 2023

En 2023, le crédit bancaire au Maroc a connu une croissance de 5,2%, atteignant un encours de plus de 1.114 milliards de dirhams, selon les données de Bank Al-Maghrib (BAM). Bien que cette croissance soit positive, elle marque un ralentissement par rapport à l’année 2022, qui a affiché un taux de croissance plus élevé de 7,6%.

Le secteur public a été le principal bénéficiaire de cette croissance, enregistrant une hausse de 20,1% par rapport à 2022, tandis que le secteur privé n’a connu qu’une augmentation modeste de 1,1%. Les sociétés non financières publiques ont enregistré une hausse de 27%, tandis que les prêts aux administrations locales ont augmenté de 4,3%.

En ce qui concerne le financement du secteur privé, les crédits aux sociétés non financières privées ont stagné avec une croissance de seulement 0,1%. Les crédits aux ménages ont, quant à eux, progressé de 2,2%.

Les statistiques de BAM révèlent également un net ralentissement du crédit bancaire au secteur non financier, affichant une croissance de 2,9% à fin décembre 2023, comparé à 8% à la même période en 2022. BAM prévoyait une décélération sensible du crédit au secteur non financier en 2023, estimant une croissance de 2,6%, suivie d’une accélération à 4,6% en 2024 et 4,7% en 2025.

Les crédits à l’équipement ont soutenu la croissance, affichant une progression à deux chiffres de 10,2% en 2023, reflétant une dynamique positive de l’investissement privé. Cependant, les comptes débiteurs et crédits de trésorerie ont connu un recul de 1,2%, par rapport à une augmentation de 16% en 2022.

Les crédits immobiliers ont montré une croissance de 1,2% à fin décembre 2023, marquant une décélération, notamment dans les crédits destinés à l’achat de logements par les particuliers (1,9%) et les crédits aux promoteurs immobiliers (-1,7%).

En ce qui concerne les crédits à la consommation, ils n’ont progressé que de 0,4% à fin décembre 2023, comparativement à une hausse de 3,9% l’année précédente. BAM signale également une augmentation de 4,9% des créances en souffrance, atteignant plus de 93,16 milliards de dirhams en 2023.

Avec le360

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page