Ecole Publique/Absentéisme: rétropédalage du ministère

Le récent coup de com’ du ministère de l’Education Nationale semble tourner au profit de la partie qu’il était décrédibiliser.

En effet, il y a quelques jours une liste officielle des enseignants absents pendant septembre (ayant raté la rentrée tout court) a été publiée.

Il n’en fallait pas plus pour redonner du boost au discours ultra-libéral mettant en cause l’absentéisme des employés du public en y voyant le coupable idéal de la faillite du système.

Passée la vague du traitement à chaud, les médias et autres experts commencent à décrypter les chiffres de cet absentéisme. Et, grande surprise, les enseignants du public s’absentent vraiment peu! Les absents de la rentrée ne sont que 600 sur un total de 236.511 enseignants, soit un tôt quasi-négligeable de 0,29!

Voulant visiblement sauver les meubles de cette mésaventure médiatique, le ministère adopte un discours digne d’une cité platonique ou d’un monde cartoonesque fait de bisounours  :  » il ne s’agit pas de «dénoncer» puisque le taux d’absentéisme est très faible, «mais de redonner confiance dans l’école marocaine », peut-on lire dans L’Economiste du 17 octobre qui cite des sources internes au ministère de l’Education nationale. « La tutelle souhaite par cet acte démontrer que malgré leur mauvaise réputation, les enseignants ne s’absentent pas beaucoup », poursuit le quotidien.

Maintenant que la carte de l’absentéisme est grillée, que va-t-on nous servir comme arguments dans le futur pour expliquer la défaillance (supposée ou réelle) de l’école publique?