Journée portes-ouvertes sur les opportunités d’investissement en aquaculture dans la région de l’oriental

Organisées respectivement dans les villes d’Oujda, de Nador et de Driouich

C’est dans la continuité de ses actions engagées afin de promouvoir les appels à manifestation d’intérêt pour le développement des projets d’aquaculture que l’Agence Nationale pour le Développement de l’Aquaculture met le cap cette fois-ci vers la région de l’oriental.

En s’inscrivant dans le même esprit et la même gageure des initiatives précédentes, l’ANDA organise les 3, 4 et 5 Juillet 2018 respectivement dans les villes d’Oujda, de Nador et de Driouch des journées d’information sur les opportunités d’investissement dans le secteur aquacole au niveau de cette région.

Ces 3 événements interviennent suite au lancement, le 12 avril 2018, de deux appels à manifestation d’intérêt visant la mise en oeuvre du Plan Aquacole de ladite région, en invitant les investisseurs et les jeunes entrepreneurs à développer des projets aquacoles à fortes valeurs ajoutées avec des implications bénéfiques en termes d’emplois et de création de richesses.

Ces journées d’information apporteront ainsi un éclairage très précis sur les offres aquacoles disponibles dans la région dont le potentiel est considérable et ce, dans le cadre d’ateliers dédiés animés par l’Agence et ses partenaires qui seront mobilisés pour mettre à contribution leur expertise et savoir-faire.

Les investisseurs et jeunes entrepreneurs intéressés pourront, donc se renseigner directement sur tous les aspects administratifs, juridiques et les données techniques et économiques concernant l’ensemble du processus de montage d’un projet aquacole. Toutes ces panoplies d’information permettront à cette catégorie d’investisseurs de s’enquérir sur les véritables atouts de l’aquaculture de la région et d’avoir une vision claire des projets à mettre en place dans les meilleures conditions.

A préciser que la région de l’Oriental dispose d’un capital aquacole évalué à 1465 hectares comptant pas moins de 65 unités de production sur mer pour le développement de projets de la pisciculture, de la conchyliculture et de l’algoculture. Ce qui traduit l’ambition de faire de l’aquaculture un des fers de lance de l’économie de la région.