Food-BoissonsNewsslide

Diminution du gaspillage alimentaire : éventuelle suppression des dates limites de consommation sur certains articles

Une mesure visant à lutter contre le gaspillage alimentaire est actuellement envisagée, impliquant la potentialité de supprimer les fameuses dates limites de consommation (DLC) de certains emballages. Cette proposition émane du ministre allemand de l’Agriculture et de l’Alimentation, Cem Özemir, qui appelle la Commission européenne à examiner cette question. Selon France Inter, près de 59 millions de tonnes d’aliments, soit environ 130 kilos par habitant, sont jetées à la poubelle chaque année.

Certains produits à longue conservation tels que le riz, les pâtes, les lentilles, le miel, le thé et les épices pourraient être exemptés de DLC. En effet, les aliments très secs avec une faible teneur en eau sont moins fragiles en termes de conservation. Thomas Henle, professeur de chimie alimentaire à l’université technique de Dresde, souligne qu’en théorie, tant que l’emballage est scellé, ces produits peuvent être conservés indéfiniment. Il cite l’exemple du miel découvert dans des amphores de l’Antiquité, qui était encore consommable malgré des millénaires écoulés.

En France, deux types d’indications existent. La DLC, indiquée sur les produits très périssables et emballés tels que les viandes découpées, charcuteries, plats cuisinés réfrigérés et yaourts, représente la date après laquelle la consommation du produit devient dangereuse pour la santé. Elle est formulée comme « À consommer jusqu’au… » suivie de la date. La date de durabilité minimale (DDM), une indication indicative, concerne des produits tels que le café, le lait, les jus de fruits, les gâteaux secs et les conserves. Une fois dépassée, la qualité gustative ou nutritive du produit diminue, mais il n’est pas dangereux pour la santé.

En pratique, deux approches coexistent : ceux qui respectent strictement les dates et ceux qui se fient à leur instinct pour décider de la consommation d’un produit après sa date limite. Cependant, il est essentiel de ne pas prendre de risques avec certains produits susceptibles de devenir impropres à la consommation et dangereux pour la santé une fois périmés.

Source : lindependant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page