Kahlouch: être raciste, même contre soi, est interdit

On ne badine pas avec le racisme. Le CSCA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) vient d’adresser un avertissement à la SNRT en réaction à la diffusion sur Al Oula d’un sketch à forte connotation raciale.

En effet, dans le cadre de l’émission Stand Up, le passage d’un humoriste au nom de scène de Kahlouch n’est pas passé inaperçu.

Le candidat, couleur de peau et accent aidant, interprète bien le personnage de l’Africain immigré. Mais cela frôle par moments l’offense et l’injure. Sur le coup, le show remporte l’adhésion et les applaudissements aussi bien du jury que du public.

Mais, le CSCA a jugé que « le qualificatif kahlouch dépasse le caractère comique et confine à la moquerie et au mépris, ce qui constitue donc une injure à connotation péjorative et à perception raciale, à l’égard d’une catégorie du public ».

En fait, ce que le CSCA omet peut-être, est que ce type de sketch n’est que la représentation à la télé de scènes de moqueries quotidiennes jouées dans nos quartiers, tantôt à l’encontre du noir, tantôt à l’encontre du blédard émigré, tantôt  contre l’handicapé, etc. Les auteurs de tels actes n’ont pas nécessairement l’intention de rabaisser psychologiquement la personne ciblée, qui souvent un ami, et n’ont peut être même pas conscience de l’existence de la notion de racisme.

Ce n’est pas tant pour les excuser que ce type de précisions doit être fait mais pour attirer l’attention des acteurs publics sur la nécessité, au-delà des rappels à l’ordre, d’entreprendre des actions d’éducation civique qui intègrent ces dimensions ethniques. A un moment où la société s’ouvre en grande vitesse pour intégrer de nouvelles communautés, faire l’économie d’une telle pédagogie reviendrait à prépare le terrain aux clivages et affrontements de demain sur une base raciale et communautaire.