Accidents: Boulif juge dépassée et inefficace la stratégie de lutte actuelle

Hausse de +28,19% du nombre de morts des accidents de la route en avril 2019 par rapport à 2018. C’est le chiffre effarant que vient de révéler le ministre délégué aux Transports, Najib Boulif, lors d’une intervention devant la Commission permanente de la sécurité routière.

Le ministre PJD a cité ce chiffre dans le sillage dans une détérioration globale de cet indicateur sur les 4 premiers de l’année en cours: +15,4% en janvier, +3,3% en février et  -1% en mars; le nombre de morts a augmenté de 10% sur les quatre mois pour atteindre 1.357 (soit 96 décès de plus qu’en 2018).

Explications: excès de vitesse, non usage des dispositifs de protection… essentiellement.

Le ministre admet l’échec des stratégies poursuivies jusque-là et en appelle à “la refonte de l’approche traditionnelle à travers des mesures qualitatives et un plan d’action d’urgence à même d’inverser la tendance en insistant sur la dimension territoriale”.

S’agit-il d’une évaluation qui ne dit pas son nom au staff de l’ex CNAPC devenue aujourd’hui Agence autonome?

En tout cas, ce qui est sûr est que la prévention des accidents et l’amélioration du comportement sur les routes ne peut être l’affaire d’une seule entité ou département gouvernemental mais le travail collectif de tout le pays, et sur plusieurs générations. Car il est question, avant et après tout, de produire un nouveau citoyen…

 

Commentaire Facebook

Comments are closed.