HightechNewsslide

Les filiales africaines de Maroc Telecom ont soutenu la profitabilité du groupe au 1er trimestre 2021

Le marché télécoms marocain a connu un regain de concurrence en 2020 avec la Covid-19. Le segment de la data a été le principal champ de bataille. Maroc Telecom y a perdu des plumes qui ont eu un impact sur ses revenus. Le groupe a cependant pu freiner ses pertes grâce à ses activités étrangères.

Les 10 filiales africaines de Maroc Telecom ont contribué à sa profitabilité au premier trimestre 2021. Alors que le chiffre d’affaires du groupe a baissé de 9,5% au Maroc qui représente près de 55% de son revenu, il a progressé de 2% à l’international. Au 31 mars 2021, Maroc Telecom affichait donc un revenu de 4,889 milliards de dirhams au Maroc (546,4 millions USD) et de 4,292 milliards de dirhams à l’international. On constate un revenu total du groupe en baisse de 4% par rapport à 2020.

Selon Maroc Telecom, les bonnes performances du groupe à l’international ont été suscitées par la croissance soutenue de la data mobile (+15,8%) et des services Mobile Money (+21,9%), alors que la hausse des revenus du fixe (+2,2%) au Maroc – sous l’impulsion de la data – n’ont pas compensé la forte baisse des revenus mobile (-16,3%) qui ont pâti de la concurrence et du contexte règlementaire, en particulier sur le segment de la data prépayée.

La demande en connectivité accentuée par la Covid-19 au Maroc a en effet contribué à une concurrence des plus acharnées dans le pays. Aux prises avec Inwi et Orange qui ont amélioré leur réseau par le passé, la toute-puissance de Maroc Telecom a quelque peu fondu. Les parts de marché data de l’entreprise sont passées de 54% en mars 2019 à 42,94% en décembre 2020. Soit un recul de 11,06 % au profit d’Inwi qui a vu ses parts de marché évoluer de 24,52% à 31,8% sur la même période. Les parts d’Orange, elles, ont progressé de 21,48% à 25,29%.

Dans un contexte toujours marqué par la crise sanitaire liée au Covid-19, le groupe Maroc Telecom indique qu’il poursuivra avec sa stratégie de diversification des activités et orientera ses investissements vers le renforcement des réseaux, des infrastructures et l’amélioration de la qualité de service, pour accroître ses chances d’enregistrer des revenus en croissance tout au long de l’année.

Source: Agence Eco Fin

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page