NewsService publicslide

Economie: 202.000 emplois perdus à cause du Covid-19

D’après le HCP, entre mars 2020 et mars 2021, l’économie nationale a perdu 202.000 postes d’emploi au niveau national, principalement des emplois non rémunérés (185.000 postes) ». Ce chiffre résulte de la « création de 56.000 postes en milieu urbain et d’une perte de 258.000 en milieu rural ».

Par type d’emploi, 185.000 emplois non rémunérés ont été perdus, résultat d’une perte de 178.000 en milieu rural et de 7.000 en milieu urbain. L’emploi rémunéré a régressé de 16.000 postes, conséquence d’une perte de 80.000 en zones rurales et d’une création de 64.000 emplois en zones urbaines.

Par secteurs, l’ »agriculture forêt et pêche » a perdu 231.000 postes d’emploi (-6,4%), résultat d’une baisse de 254.000 en milieu rural et d’une hausse de 23.000 en milieu urbain.

Le secteur de l’ »industrie y compris l’artisanat » a baissé de 48.000 postes, 25.000 en milieu urbain et 23.000 en milieu rural, ce qui correspond à une baisse de 3,6% du volume de l’emploi dans ce secteur. A noter que la part des activités artisanales dans le secteur de l’industrie est de 43,7% contre 47,4% au premier trimestre de 2020.

Le secteur des « services« , quant à lui, a créé 42.000 postes d’emploi au niveau national (24.000 en milieu urbain et 18.000 en milieu rural), enregistrant une baisse de 1% de l’emploi dans ce secteur.

Le secteur des BTP a créé 39.000 postes d’emploi, résultat d’une création de 38.000 postes en milieu urbain et de 1.000 en milieu rural, enregistrant une hausse de 3,4% du volume d’emploi dans ce secteur.

Mais les pertes brutes sont probablement plus importantes que les 202.000 annoncées par le HCP.

En tout cas, cette situation a fait grimper le taux de chômage en flèche, passant de « 10,5% à 12,5% au niveau national, de 15,1% à 17,1% en milieu urbain et de 3,9% à 5,3% en milieu rural ».

Par catégorie sociale, « il a enregistré une forte hausse parmi les femmes, de 14,3% à 17,5%, parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans, de 26,8% à 32,5%, et parmi les diplômés, de 17,8% à 19,8%.

Et par régions, presque trois quarts des chômeurs (73%) sont concentrés dans cinq régions; Casablanca-Settat vient en première position avec 27,5% de chômeurs, suivie de Rabat-Salé-Kénitra (13,1%), de Fès-Meknès (12,5%), de Tanger-Tétouan-Al Hoceima (10,7%) et de l’Oriental (9,6%).

 

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page