Food-BoissonsNewsslide

Réaction de l’ONSSA face à la détection d’un pesticide interdit dans les pastèques destinées à l’exportation depuis le Maroc

Suite à une alerte émise par l’Espagne le 14 juillet dernier, concernant la présence de méthomyl, un pesticide non autorisé, dans des pastèques exportées depuis le Maroc, l’Office national de la sécurité sanitaire et alimentaire (ONSSA) a réagi en précisant que cette notification faisait référence à un seul lot parmi ceux expédiés vers l’Espagne. L’ONSSA a affirmé que ce pesticide était interdit au Maroc depuis septembre 2022, selon une déclaration faite à Médias24.

Pour résoudre ce problème, des enquêtes ont été menées par l’ONSSA afin de retracer l’origine du lot incriminé et d’identifier le verger concerné. Les responsables de cette infraction ont vu leur autorisation sanitaire de la station de conditionnement et d’exportation suspendue par l’ONSSA. Parallèlement, d’autres enquêtes sont en cours pour déterminer le circuit de commercialisation de ce pesticide interdit, selon Yabiladi du 19 juillet.

L’Espagne a notifié cette situation au Système européen d’alerte rapide sur les produits destinés à l’alimentation humaine et animale (RASFF). Le risque est considéré comme « sérieux » suite à l’analyse d’un échantillon prélevé le 3 juillet, qui a révélé des résidus de méthomyl dépassant le seuil autorisé (0.38+/-0.19 mg/kg – ppm, alors que la limite autorisée est de 0.015 mg/kg – ppm).

Le méthomyl est un insecticide utilisé dans l’agriculture pour lutter contre les insectes nuisibles sur les feuilles et dans le sol. Cependant, en dehors des formulations d’appâts, son utilisation est restreinte et doit être supervisée par des applicateurs formés.

Ce pesticide présente une toxicité élevée pour les yeux et peut entraîner une surexcitation du système nerveux, accompagnée de nausées et d’étourdissements. Des expositions très élevées à ce produit peuvent causer une paralysie respiratoire voire entraîner la mort. Les autorités marocaines sont actuellement mobilisées pour enquêter sur cet incident et prendre les mesures nécessaires pour éviter toute récurrence de cette situation préoccupante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page