Food-BoissonsNewsslide

La multiplication des Food-trucks au Maroc suscite l’indignation des restaurateurs

Selon le constat effectué par les antennes de la Fédération Nationale des Propriétaires de Cafés et Restaurants au Maroc, une augmentation significative des fermetures définitives et des unités en faillite a été constatée récemment, notamment à Fès, où plus de 320 établissements ont fermé leurs portes à raison de 80 par mois, créant une situation critique.

Face à cette concurrence qu’ils jugent « déloyale », les restaurateurs ne restent pas passifs. Une réunion d’urgence a été organisée par la fédération pour discuter de la crise actuelle dans le secteur des cafés et restaurants au Maroc. Selon la fédération, cette crise découle de décisions arbitraires de certains départements, institutions et groupes, exploitant les lacunes juridiques et les divergences entre les lois et la réalité du terrain.

Des décisions réglementaires et fiscales jugées déraisonnables ont semé la confusion dans plusieurs provinces, avec des autorisations de camions-restaurants à Casablanca moyennant une redevance et une augmentation de plus de 700% de la redevance d’exploitation temporaire à Rabat. Dans le secteur formel, des amendes, pénalités et contributions à la CNSS dépassant la valeur des biens commerciaux ont conduit à la faillite de nombreuses unités malgré les demandes de la fédération pour leur annulation partielle.

La fédération déplore également la prolifération des cafés et restaurants avec véhicules tractés dans des endroits non autorisés malgré les avertissements adressés au Ministère de l’Intérieur sur les dangers de l’informel. Malgré la reconnaissance de l’impossibilité de promulguer certaines lois, les ministères concernés refusent de corriger ces déséquilibres juridiques.

En réponse à cette crise, la fédération a décidé d’adresser une lettre urgente au chef du gouvernement, au président de la Chambre des représentants et aux ministres de l’Économie et des Finances, de l’Intérieur, de l’Emploi, et de l’Industrie et du Commerce. L’objectif est de promulguer une procédure légale permettant de mettre fin à une activité sans conséquences juridiques, tout en garantissant la protection des travailleurs du secteur contre le chômage après la liquidation.

Ahmed Bifergane, coordinateur de la Fédération Nationale des Propriétaires de Cafés et Restaurants au Maroc, confirme la détérioration du secteur formel, exprimant sa surprise face aux décisions étranges d’approuver les licences pour les food trucks. Il souligne l’importance de comprendre les normes et la valeur ajoutée de ces véhicules pour le Maroc, appelant à une réévaluation des lois régissant le secteur, notamment en vue de la Coupe du Monde. Il soulève des questions sur l’hygiène, la salubrité, et la sécurité alimentaire des food trucks à Casablanca, appelant à une attention immédiate pour assurer le bien-être du secteur alimentaire dans la ville.

Source : Fr.hespress.com

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page