Pokémon Go : la vraie fin de la vie privée?

pokemon go vie privee 29 juillet 2016 high tech

pokemon go vie privee 29 juillet 2016 high tech

Pokémon est pire qu’un phénomène planétaire. Il faudra peut être inventé un qualificatif dédié.

En attendant, sachez que votre vie privée en sera davantage moins privée qu’aujourd’hui avec Facebook, Google ou les plateformes de cloud. Car en effet Nintendo et Niantic (développeur du jeu) collectent de nombreuses données sur les joueurs. Ainsi, «avant de se lancer à la chasse aux Pokémon, il est nécessaire de créer un compte ou bien de se connecter avec son compte Facebook ou Google.

Dans tous les cas, Nintendo et Niantic accèdent à vos noms et prénoms, à votre e-mail, à votre numéro de téléphone, à l’adresse IP et au numéro d’identification de votre smartphone», explique un article de l’association de consommateurs UFC-Que Choisir.

«Si vous partagez une image de votre partie sur les réseaux sociaux, le géant japonais pourra la réutiliser à sa guise, comme il l’annonce dans sa politique de confidentialité. Il s’accorde également le droit de collecter votre âge, sexe, pays de résidence, date de naissance, ainsi que vos loisirs, jouets et jeux préférés»! Nintendo et Niantic enregistrent aussi votre localisation, et précise que « des publicités et certains contenus pourraient s’afficher en fonction de ces données. ».

Reconnaissons au groupe, précise néanmoins Que Choisir, «une certaine volonté de transparence lorsqu’il annonce que toutes les informations des joueurs sont stockées aux États-Unis dans le respect de l’accord Safe Harbor (qui encadre le transfert des données personnelles des consommateurs européens). Un gros bémol toutefois : il est désuet, puisqu’invalidé en octobre 2015 par la Cour de justice de l’Union européenne. Le Privacy Shield a, depuis, pris la relève. L’UFC-Que Choisir émet d’ailleurs des réserves sur ce nouvel accord, qu’elle n’exclut pas de remettre en cause en cas de garanties insuffisantes pour le consommateur»

Le lancement officiel au Maroc de Pokémon Go n’étant pas encore effectué, l’on ne sait pas encore quelle politique de confidentialité devront définir en réaction ANRT ou les fournisseurs d’accès Internet.

En tout cas, ils sont déjà des centaines de jeunes et moins jeunes à en jouer tous les jours dans les grandes villes du pays.