"> Coronavirus: la chloroquine, un remède peut-être mais pas un vaccin! | | Consonews - Premier site consommation au Maroc

Coronavirus: la chloroquine, un remède peut-être mais pas un vaccin!

381.621. C’est le nombre total des personnes infectées par le Coronavirus dans le monde à l’heure de l’écriture de cet article. Autrement dit, ce sont 381.621 patients qui attendent un remède et avec eux les milliards d’hommes et de femmes terrorisés à l’idée d’attraper ce virus mortel! Le besoin à un remède, miracle?, n’a en effet jamais été aussi réel et pressant.

Après plusieurs mois où l’Humanité a été davantage sur la défensive, une lueur d’espoir commence aujourd’hui à faire son chemin sur la place sanitaire mondiale. Il s’agit de la chloroquine, d’habitude utilisée pour le traitement du paludisme.

En effet, ce médicament prescrit pour les maladies auto-immunes avait suscité beaucoup d’espoir à l’issue d’un premier essai portant sur 24 patients de l’hôpital de la Timone, à Marseille sous le direction du Dr Didier Raoult, devenu aujourd’hui le médecin le plus célèbre de la Toile. Dans une vidéo YouTube, ce dernier annonçait il y a plus d’une semaine qu' »qu’il était en train de mener un essai clinique sur 24 patients testés positifs au Covid-19 et hospitalisés dans l’Institut Méditerranée Infection de l’hôpital de la Timone, à Marseille ».

« Selon les résultats de cette étude, 6 jours après le début de la prise d’hydroxychloroquine (commercialisé sous le nom de Plaquenil), le virus n’était plus détectable chez les trois-quarts des patients traités. Les résultats seraient encore plus prometteurs en associant l’hydroxychloroquine avec de l’azithromycine, un antibiotique souvent prescrit contre les surinfections bactériennes des bronchites », rapporte le site spécialisé www.topsante.com.

Se basant vraisemblablement sur cette piste, le Maroc vient en effet d’adopter officiellement la chloroquine comme traitement contre le Coronavirus dans ses hôpitaux.

En effet, dans une notre adressée par aux Directeurs des CHU et datée du 23 mars 2020, le ministre de la Santé annonce qu’il a été décidé d' »introduire la chloroquine et l’hydroxychloroquine dans la prise en charge thérapeutique des cas confirmés Covid19″.

L’autre bonne nouvelle pour les Marocains est que ce médicament est produit à Casablanca par le laboratoire Sanofi et est commercialisé sous le nom de Niquavine et Plaquénil.

Dans une démarche anticipative et préventive, le ministère de la Santé a réquisitionné l’intégralité des stocks disponibles de ce médicament pour faire à la hausse des besoins en hôpitaux.

Il faut rappeler à ce propos, que le Chef de Gouvernement El Othmani avait il y a déjà plusieurs annoncé sur Twitter que le plaquénil (hydrochloroquine) était un bon remède contre le Coronavirsus ce qui, semble-t-il, avait provoqué une ruée vers les pharmacies suivie d’une rupture des stocks.

Mais même avec tous les espoirs que la chloroquine suscite il faut garder à l’esprit qu’il s’agit d’un médicament et non d’un vaccin. Qu’est ce que cela change? Cela signifie en fait qu’il ne guérit pas et n’empêche pas d’attraper le virus et d’en tomber malade. « Ce qui veut dire que qu’il ne faut pas baisser la garde et continuer à observer avec discipline les mesures de prévention en vigueur, notamment la distanciation et l’hygiène », explique Dr Marouaune Hakam, médecin, expert santé et digital.

« La chloroquine est une possible lueur d’espoir pour limiter la propagation du virus mais rien d’autre, ce n’est pas un traitement curatif, il ne guérit pas mais permet de diminuer la charge virale », insiste-t-il tout en recommandant de « continuez à respecter la distanciation sociale ».

Donc espoir oui, gros espoir même mais prudence et vigilance restent de mise: la guerre n’est pas définitivement gagnée.

 

Commentaire Facebook

Commentaires: 0

Votre Email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués par *