Opticiens et pandémie : qu’en est-il ?

La pandémie du coronavirus n’a épargné aucun secteur. Les conséquences économiques sont très importantes. On se tourne aujourd’hui vers le secteur de l’optique. Nous donnons la parole à Hasnaa Trombati Tlemçani, opticienne optométriste diplômée de Bruxelles et fondatrice de l’enseigne Mod’Optic Fès depuis 18 ans. Notre experte du jour porte aussi la casquette de Présidente du groupe international BNI Fès Premium.

Hasnaa Trombati Tlemçani, opticienne optométriste, fondatrice de l’enseigne Mod’Optic Fès et Présidente du groupe international BNI Fès Premium.

Comment se porte actuellement le secteur de l’optique ?

Le secteur de l’optique était mis en veille depuis le début du confinement. Il y avait une petite cellule pour gérer les urgences uniquement pour les cas spéciaux tels que la casse de lunettes ou pour aider les autorités ou le corps médical.

Quels sont les difficultés que vous devez gérer au quotidien ? Quelles sont les précautions prises par rapport au coronavirus ? Nous avons depuis très peu de temps ouverts nos portes timidement afin de gérer les urgences et les cas importants. Nous avons pris toutes les mesures nécessaires ainsi que les précautions sanitaires (gel hydro alcoolique, port du masque obligatoire etc.) exigées par les autorités locales pour protéger notre personnel et notre clientèle. À noter qu’une désinfection des surfaces avec le produit homologué a été effectuée.  Nous avons limité l’accès à la boutique. Nous n’acceptons pas plus de deux personnes en même temps. Nous avons également profité de ce confinement pour nous former à cette nouvelle situation avec laquelle nous sommes obligés de nous adapter. Nous sommes donc amenés à vivre différemment pour la sécurité de nos patients et la nôtre durant les plusieurs mois à venir.

Comment se déroule la relation avec vos fournisseurs ?

Mod’Optic a gardé le contact avec ses fournisseurs. Nous travaillons en étroite collaboration avec eux que ce soit par rapport à la marchandise ou à la gestion de stock. Nous avons gardé un contact permanent avec nos fournisseurs ainsi qu’avec notre clientèle. C’est selon nous fondamental et nécessaire. De plus, grâce à mon titre de présidente de BNI Fès Premium, j’ai pu assister à des conférences internationales pour rester à la page et connectée au reste du monde malgré le confinement. Je suis fière d’enfin pouvoir vous dire aujourd’hui que Mod’Optic collabore directement avec des partenaires en Europe et en Asie. Nous avons hâte de mettre en pratique tout ce que nous avons pu apprendre et tout ce qu’on a pu gagner.

 Comment gérez-vous les ventes durant cette période ?  Qu’est ce qui se vend le plus ?

Nous avons une permanence avec des horaires limités pour satisfaire au mieux notre clientèle. Nous avons remarqué qu’à cause du confinement, pratiquement tous nos clients (enfants et adultes) passent plus de temps sur les écrans. Par exemple, beaucoup de personnes travaillent en visio-conférence et par internet. Nous vendons beaucoup les verres traités anti lumière bleue pour protéger les yeux contre les radiations nocives de tous les écrans.

 Le mot de la fin?

Je suis optimiste. Optimiste par rapport à ce coronavirus car je pense que le Maroc a très bien géré la situation sanitaire. Je considère la pandémie comme une catastrophe naturelle et pas une crise économique. Cela me fait penser que la reprise se fera beaucoup plus rapidement et que cette crise est un levier de croissance. Je remercie spécialement les autorités et le corps médical qui ont combattu la pandémie pour nous. Aussi, contrairement à ce que l’on pourrait laisser croire, je pense que ce confinement est une aubaine et une opportunité pour nous. Il nous permet de faire une introspection, de réfléchir à notre manière de vivre et de faire. Nous sommes désormais obligés de faire attention à mieux respecter notre environnement, à respecter la Terre et tous les êtres vivants. Nous sommes dans un système de consommation impulsif. Nous en oublions parfois l’essentiel. Ce qui est essentiel aujourd’hui, c’est l’humain et la Terre qui nous porte. Il faudrait la traiter avec bienveillance et surtout restez sain et sauf.