NewsService publicslide

Nouvelle grève de 4 jours annoncée pour la reprise des cours dans l’éducation nationale.

Après une semaine de vacances, les élèves retournant en classe le 11 décembre se trouvent confrontés à ce mouvement social récurrent. La situation, déjà tendue depuis plusieurs mois en raison des grèves répétées des enseignants contestant leur nouveau statut décrété par le gouvernement, persiste.

Les négociations en cours entre le gouvernement et les principaux syndicats, dont la « Coordination nationale du secteur de l’éducation », ont peut-être abouti à un accord sur une augmentation des salaires de 1500 dirhams. Cependant, les discussions demeurent délicates, notamment en raison de certaines revendications ayant un impact financier significatif sur le budget du gouvernement.

Malgré ces pourparlers, la « Coordination nationale des enseignants » persiste dans son intention de maintenir la grève, annonçant de nouvelles protestations du 14 au 16 décembre, accompagnées de sit-ins devant les directions provinciales du ministère de l’Éducation nationale. Les revendications comprennent le « rejet total du projet du statut unifié », la « fin du système de contractualisation », et l’acceptation de l’ensemble des demandes exprimées par les enseignants, dont 14 sont considérées comme « non-négociables ». Parmi celles-ci figurent « l’abandon du statut unifié », le « respect des droits syndicaux », « l’augmentation des salaires et des pensions de retraite », « la réduction de la pression fiscale sur les revenus dans le secteur » et « l’ouverture des concours de promotion à l’ensemble des enseignants qui ont des licences ou des masters ». La « Coordination nationale des enseignants » demande également une « résolution urgente des problématiques de certaines catégories d’enseignants et personnel administratif » qui estiment être lésées par leurs échelles.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page