Bien-Etre SantéNewsslide

Pollution: le Maroc produit 570 000 tonnes/an de déchets plastiques

Le Maroc lutte contre une marée de déchets plastiques, exacerbant les défis environnementaux déjà pressants. Des experts pointent du doigt cette pollution comme une des principales menaces pour l’environnement du pays, exacerbée par un manque d’infrastructures adéquates et de ressources.

Hamid Rachel, expert environnemental et membre de l’association des phares écologiques pour le développement et le climat, souligne l’urgence de cette problématique. Il rappelle l’importance des initiatives internationales telles que la Journée mondiale de l’environnement et la campagne « La planète contre le plastique », témoignant de la gravité de la situation à l’échelle mondiale.

Au niveau national, bien que le Maroc ait adopté une stratégie pour réduire et valoriser les déchets, le pays produit plus de 570 000 tonnes de déchets plastiques par an, dont une partie se retrouve dans la Méditerranée. Le Conseil économique, social et environnemental souligne l’urgence de mesures, appelant à la révision de la loi sur la gestion des déchets pour imposer le recyclage obligatoire.

Bien que la loi interdise l’utilisation des sacs en plastique, leur retour dans les rues marocaines ces dernières années soulève des préoccupations quant à l’efficacité des mesures en place.

La menace posée par les déchets plastiques est alarmante. Si la tendance actuelle se poursuit, la quantité de déchets plastiques pourrait dépasser 1,1 milliard de tonnes d’ici 2050, avec des conséquences désastreuses pour l’environnement et la santé humaine. Les déchets plastiques représentent déjà une source majeure de pollution marine, menaçant des centaines d’espèces marines et côtières.

Outre les océans, les déchets plastiques polluent également les sols agricoles, les forêts et les rivières, contribuant au réchauffement climatique et à la pollution de l’air. Les risques pour la santé humaine sont également accrus, avec des maladies respiratoires et cutanées, entre autres, associées à l’incinération des déchets plastiques.

Hamid Rachel souligne l’urgence d’une action collective au niveau international pour réduire les déchets plastiques. Des engagements pour le recyclage et l’utilisation de matériaux alternatifs pourraient permettre de réduire considérablement la pollution plastique d’ici 2040, offrant ainsi un espoir pour la préservation de notre environnement et de notre santé.

Avec Hespress.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page