Finances Publiques: l’endettement inquiétant des grands groupes

La dette des grandes entreprises publiques a bondi de 7,6% à fin 2016 comparée à 2015 pour s’établir à 261,3 milliards de dirhams. C’est l’un des constats établis par le rapport d’activité annuel sur les EEP produit par la direction de tutelle au ministère des Finances.

Le plus inquiétant est la part de la dette extérieure dans ce total : plus de 60% à près de 157 milliards de dirhams.

Le top 10 des entreprises les plus endettées est dominé par l’OCP : « 61,4 milliards de DH, en hausse de 12% par rapport à une année plutôt », commente un article de medias24.com sur la question tout en relativisant : « OCP détient les plus grosses réserves mondiales de phosphates et son plan stratégique, volontariste, va lui conférer une meilleure rentabilité ainsi qu’un déploiement international ».

Un optimisme qui ne doit pas empêcher de se poser la question sur le devenir de l’OCP si les projections de son développement ne sont pas au rendez-vous comme programmé? Assistera-t-on alors à une privatisation forcée (de fait) du groupe qui détient « le pétrole » du Maroc? Qu’ont prévu les pouvoirs publics pour un scénario similaire?

Si l’OCP est sur un business bien rentable, ce n’est pas forcément le cas des autres entreprises publiques concernées par l’endettement. Exemple ADM, ONEE ou encore ONCF. Ces dernières, bien qu’étant en situation de monopole absolu, elles ont atteint une limite en termes de potentiel de revenus. Comment alors payer sa dette engagée dans le cadre d’investissements en infrastructures colossaux?

Ayant eu recours à des augmentations systématiques des prix finaux payés par le consommateur, ce levier ne semble plus aujourd’hui activable par ces entreprises de service public à moins de provoquer de la tension sociale.

Sachant que la dette des grands groupes publics représente 54% de la dette extérieure publique, il va sans le dire que leur défaut de paiement potentiel engage la souveraineté financière du pays.

On n’en est pas encore là, Dieu merci!