Quelle relation entre la Route d’Anfa et la protection du consommateur?!

route danfa jobin 8 septembre 2016 musique culture

route danfa jobin 8 septembre 2016 musique culture

Auteur à succès (du moins au Maroc :p), Guillaume Jobin est non moins un amoureux fou du pays. Après ls Route des Zaërs, il revient avec un nouveau roman La Route d’Anfa… Un livre qui  vous plonge dans le charme fou et mystérieux du monstre urbain Casablanca tout en vous faisant goûter à son côté feutré et très bourgeois…

Car la bourgeoisie, Jobin en fait une spécialité

Consonews l’a rencontré dans un lieu aussi mythique que le nom du boxeur de qui il se revendique : Marcel Cerdan…une autre icône de la ville blanche!

De cette rencontre est née ce 3 questions/réponses où nous avons essayé de joindre la littérature à la conso’.

Consonews :  Selon vous, Casablanca est la capitale de la contrefaçon et des faussaires ?

Guillaume Jobin :  Absolument pas, le comité Colbert qui réunit 70 maisons du françaises du luxe explique que le faux au Maroc est de portée limitée et artisanal. J’ai inventé une sorte de baron d’entreprise, très noir, touchant au faux, à la drogue et au terrorisme pour les besoins de l’intrigue. La contrefaçon au Maroc est une affaire artisanale, ou bien de négoce clandestin de produits fabriqués ailleurs. Les copies de livres en arabe viennent directement du Moyen-Orient. Dans un sens, le Royaume est passé directement d’une économie primaire, agricole et minière, à une économie tertiaire, de négoce et de services, zappant la phase industrielle.

Le consommateur marocain est-il en danger ?

Le consommateur du Maroc n’est pas plus en danger à Casablanca qu’à Paris. Une grande partie des produits frelatés ou contrefaits circulent sur le net, notamment de faux médicaments. Ce que j’ai noté, c’est la présence de faux compléments alimentaires dans des parapharmacies. Un des dangers de porter un faux d’une grande marque de luxe, c’est de se faire arrêter à la douane à l’étranger, sachant que Chanel n’a jamais fabriqué de T-shirt avec sa marque, c’est prendre un risque inutile. Le vrai danger pour le consommateur ne réside pas dans la contrefaçon criminelle qui semble bien maitrisée par la Sureté nationale, mais dans la distribution de produits asiatiques de très mauvaise qualité à bas prix. Ceci dit, le ministre de la Justice, l’année passée à attiré l’attention sur les faux titres de propriété foncière.

Vous paraissez bien renseigné, votre roman est-il seulement une œuvre de fiction ?

J’aime fonder mes intrigues sur une bonne dose de réalités et de faits que je relève d’abord dans les médias. Puis je confirme mes intuitions par des enquêtes de terrain, posant des questions ça ou là. Quand je raconte l’histoire d’une dame qui vient prendre des photos des créations d’une styliste reconnue, dans la boutique de celle-ci, avec une couturière et un mètre-ruban et après, elle poste sur Facebook la photo du modèle grossièrement fait, je l’ai vu de mes propres yeux ! Si vous cassez les codes sources des DVD piratés de la Medina, leur origine russe ou ukrainienne est indéniable.