Croissance: Ahmed Lahlimi se déchaîne contre tous, ou presque!

Mardi 9 juillet, lors de son speech consacré aux prévisions de croissance, Ahmed Lahlimi a été bien en forme, du haut de ses 80 ans!

Avec une énergie déconcertante il ne va épargner presque personne de sa verve critique pour le moins acerbe.

Son propos principal: faire le constat d’une croissance atone et expliquer pourquoi.

Ainsi, d’après le Haut Commissaire au Plan, si l’Agriculture fait régulièrement défaut à cause des aléas climatiques, c’est le secteur non agricole qui assume la grande part de responsabilité dans la situation de morosité économique ambiante.

Ce secteur, explique-t-il, n’a pas su monter suffisamment en charge pour permettre les créations d’emplois et de richesses à même de combler les contre-performances de l’Agriculture et tirer ainsi la croissance globale.

L’allusion de Lahlimi est à peine voilée envers la stratégie d’accueil des industries délocalisées, l’Automobile en particulier.

En fait, il fait le constat d’une économie tirée essentiellement par la demande intérieure qui, elle, est satisfaite notamment à travers l’import, en l’absence d’une industrie locale forte.

Un import qui vient s’ajouter à celui des pièces destinées au montage des véhicules à réexporter… le tout fait que la balance commerciale est chroniquement déficitaire et que les réserves de change soient constamment sous pression (d’où le recours à la dette, aux privatisations, etc.).

Pour Lahlimi, ce qu’il faut c’est faire émerger une industrie nationale avec des capitaux nationaux, et que les Marocains soient encouragés à consommer marocain notamment en les dotant d’un pouvoir d’achat plus important à travers un relâchement au niveau de la surveillance quasi-religieuse de l’inflation.

En tout cas, la dernière performance de Lahlimi s’apparente davantage à une sorte de vérité pour l’Histoire.

Sera-t-il entendu?

Commentaire Facebook