Mode-BeautéNewsslide

Les cernes, la nouvelle tendance mode

Un article de Ouest France, titré "de TikTok aux défilés de mode, les cernes sous les yeux sont la nouvelle tendance", Tanguy est ravi d'être à la pointe de la mode…

Hier, dans la rue, j’ai croisé un homme qui portait un sweat-shirt avec écrit dessus « je ne suis pas vieux, je suis vintage », et j’ai eu envie de le frapper. Alors pas fort, je suis non-violent, mais en moi, je me disais « je vais lui mettre une pichenette à ct’enfoiré », parce que je déteste les fringues à message. Ces filles trentenaires avec des T-shirts « super maman », ou « je ne râle pas je m’exprime », j’ai même vu un jour une fille avec un T-shirt « 50% délichieuse 50% attachiante 100% moi », j’ai eu envie de lui crever ses pneus. Alors qu’elle n’avait même pas de voiture, c’est vous dire.

Je ne pourrais jamais parler à une personne qui porte ce genre de T-shirt, même si Scarlett Johansson en avait un, que j’étais coincé avec elle dans l’ascenseur du Plaza Athénée, parce que j’aurais perçu mes droits d’auteur, qu’elle me disait « Tangaï, ho baby, let’s make love », je lui dirais « bah non, radasse, ton T-shirt m’a coupé toute envie, même si t’en portais un représentant Michel Barnier en slip à poche sur un varan mort, ça aurait été plus sexy que ça ».

Puis j’ai repensé à cet homme au sweat-shirt « je ne suis pas vieux, je suis vintage », et j’ai songé au temps qui passe, si vite, hier encore j’étais un bébé incapable de contrôler son urine, demain je serai un vieux monsieur incapable de contrôler son urine, entre les deux, j’ai une fenêtre de 75 ans durant laquelle j’arrive à peu près à faire pipi dans la cuvette. C’est terrible de vieillir, on a moins de cheveux, plus de poils, on dit des trucs comme « chouette ce soir dans « Des Racines et des Ailes », Carole Gaessler nous emmène dans le midi toulousain, du Quercy jusqu’aux contreforts pyrénéens ».

Et surtout quand on vieillit, on porte sur sa face le type de vie qu’on a, parce qu’à 16 piges la nuit blanche passée à inhaler du protoxyde d’azote, le lendemain à 9h on pointe tout frais à l’entrée de son BTS, mais moi qui en ai 30 de plus, bah une soirée sushi où j’ai bouffé trop de salade de chou blanc, à cause des reflux gastriques je m’endors à minuit 40, si c’est un 16 mars, je récupère pas ma tête normale avant le 28 avril. Et la salade de chou blanc, ça ne se refuse pas, parce qu’elle est comprise dans le menu sushi, donc c’est un cadeau de la part du Japon, comme Jacques Chirac adorait ce pays, si ça se trouve les Japonais en retour ont décidé après concertation de nous faire la salade de chou blanc gratuite pour toujours. Là-bas les producteurs de chou blanc, c’est l’équivalent du Père Noël, ils doivent avoir des lutins qui chantent « le chou blanc c’est merveilleux, on va en fournir même au Sushi Shop d’Évreux ». Ensuite ils se baignent en poussant de petits cris dans une soupe miso géante.

Mais revenons au vieillissement, moi j’ai des amis âgés qui ressemblent de plus en plus à une salade de chou blanc, les cernes en plus. Les cernes, c’est un double marqueur, celui de ton âge et du type de vie que tu t’infliges, le dalaï-lama, vous pouvez regarder, il n’a pas de cernes, H24 il dort contre un yack, qu’il règle le matin sur 9h, à 9h le yack lui donne un petit coup de corne dans le cul, il se réveille donc dans le plaisir, et vivote tranquilou jusqu’au soir. Mais nous qui avons des vies intenses, ces chroniques, ce succès, ces MST à soigner, des cernes, on en a. Moi parfois j’ai tellement de valises sous les yeux que sur Easy Jet ils me font passer en excédent de bagages, je voyage en soute, avec les bergers allemands. Mais avoir des cernes, en fait, c’est top, je suis tombé sur un article de Ouest France, le journal que seuls les cons cherchent à Colmar, article titré « De TikTok aux défilés de mode, les cernes sous les yeux sont la nouvelle tendance« , et je me suis dit « ah yes, Tanguy, ça y est, tu vas enfin être hype », j’ai appelé le magazine Technikart pour leur dire « cherchez pas pour votre prochaine une, en couverture, c’est moi, avec DJ Snake et Marie Papillon si vous voulez des gens moins à la mode pour aller chercher le grand public ».

Source: France Inter 

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page