Les dépenses des ménages sauvent la croissance en 2016

A fin décembre 2016, le PIB a cru de 0,9% contre 5,1% en 2015.Cette performance très mauvaise aurait pu être pire encore si ce n’est l’effort de consommation des ménages. Ainsi, d’après les données HCP relatives aux comptes nationaux « la demande intérieure a progressé de 2,8% au quatrième trimestre 2016 au lieu de 1,5% la même période de l’année 2015, contribuant ainsi pour 3 points à la croissance économique nationale au lieu de 1,7 point ».
« Dans ce cadre, les dépenses de consommation finale des ménages ont connu une hausse de 3,1% au lieu de 2,9%, contribuant pour 1,8 point à la croissance au lieu de 1,7 point ».
Donc, même quand le croissance du PIB stagne les dépenses des ménages surpérforment. Mais quels revenus on dépense finalement si peu de création de richesses? Tois possibilités : l’épargne, le crédit (bancaire et conso’) et le transfert d’argent en provenance des MRE. Une situation qui renseigne bien sur la fragilité des équilibres maroc-économiques car les revenus des ménages ne sont pas inépuisables. Cela d’un côté. De l’autre, pour soutenir cette demande, il devient impératif d’alléger la charge fiscale qui pèse sur elle (IR, TVA et IS pour TPE et PME).