Oscars : la sélection du film Razzia de Nabil Ayouch contestée

Razzia, un film de Nabil Ayouch sélectionné pour représenter le Maroc à la présélection des Oscars 2018, dans la section « Meilleur film étranger ». Si le talent du réalisateur n’est plus sujet à discussion, il n’en demeure pas moins que cette sélection fait l’objet d’une contestation qui ne fait que commencer.

En cause, le mode opératoire de la sélection et la composition du jury l’ayant entérinée.

Dans un article poignant publié sur le site ihata.ma, le journaliste Jamal Khannoussi, ancien d’Assabah, démontre que la sélection du film Ayouch n’a pas respectée la procédure en vigueur par l’Académie des Oscars. Il s’agit notamment de la condition sine qua none que le film ait été projeté de façon commerciale dans les salles (et avoir été regardé donc par le grand public). Ce qui n’est évidemment pas le cas du film Razzia.

Le jury explique que le film a été projeté au cinéma Colisée à Marrakech chose que dément l’auteur de l’article allant jusqu’à soutenir la thèse de la complaisance de la part du jury, ce dernier étant composé en majorité, d’après l’article, d’amis de Nabil Ayouch.

Il cite des noms tels que Mahi Benbine, Samia Akeriou, Zakia Tahiri… tout en montrant le lien d’amitié ou d’affaires existant avec le réalisateur de Razzia.

Tourné à Casablanca, Ouarzazate et dans les montagnes de l’Atlas, « Razzia » rassemble cinq histoires distinctes, certaines se déroulant au début des années 80 et d’autres dans le Casablanca d’aujourd’hui. Tous les personnages ont pour lien un professeur ayant enseigné dans une petite école d’un village berbère de l’Atlas en 1982. Les thèmes phares qui lient les cinq histoires sont l’intolérance, l’ignorance des autres et le refus d’accepter les différences.