Chikaya.ma, une plateforme de réclamations pour citoyens en colère

Chikaya.ma. C’est la nouvelle trouvaille du gouvernement pour améliorer la relation citoyen-administration en permettant à ce dernier de poster ses doléances et requêtes sur une plateforme de réclamations dédiée. Développé en partenariat entre le ministère de l’Industrie et celui de la fonction publique, Chikaya.ma vient donc s’ajouter aux Diwane Al Madhalim, Commission nationale anti-corruption, et autres pages et groupes de réclamations proliférant sur les réseaux sociaux.

Il est à noter que les marques commerciales exploitent bien les réseaux sociaux en assurant un service de veille efficace. Il suffirait peut être à nos administrations de suivre leur exemple et de consacrer leur génie organisationnel à de la réactivité et au dénouement effectif des « tensions » entre usagers du service public et administrations.

En tout cas, chikaya.ma avance de belles promesses dans le sens de l’efficacité et la réactivité:

-Un mode opératoire qui se veut assez simple, avec une plateforme disponible via internet,  mobile ou par tél. au 3737.

-Tri et redirection vers l’administration concernée par la réclamation sous un délai de 15 jours.

-Les citoyens pourront par la suite avoir un suivi de l’état d’avancement du traitement de leurs requêtes en consultant le site, l’application mobile ou en appelant le 3737.

-Les réponses aux différentes requêtes se feront sous une durée de 60 jours.

Chikaya.ma concerne dans un premier temps 29 administrations publiques, dont 12 ministères. Sa généralisation à l’ensemble des départements est programmée pour fin novembre.

A vos clics!