La Fondation Attijariwafa bank décrypte l’expérience de l’enseignement virtueldurant la crise sanitaire du Covid19

Dans le cadre de son cycle « Echanger pour mieux comprendre »spécial COVID19, la Fondation Attijariwafa bankadiffuséceVendredi 15 Mai 2020 surla chaîne Youtube,sa troisième conférencedigitale autour du thème :
« Covid 19 : l’Enseignement virtuel avance ses pions ».

Cette conférence a réuni Mme Ilham Berrada, Ph.D Informatique et Recherche opérationnelle, Enseignante Chercheur à l’ENSIAS HERE et Ex Vice Présidente de l’université Med V de Rabat, Mme Ilham Laaziz, Directrice du programme GENIE (Généralisation des technologies d’information et de communication dans l’enseignement primaire et secondaire), au sein du Ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, et M. Hamza Debbarh, diplômé de HEC Paris, Fondateur de la
3W Academy et Administrateur de l’institution Tahar Sebti où il a contribué à la réalisation de divers projets éducatifs innovants.

Sous la modération de Mme Sanaa El Aji, Journaliste et Ecrivain, cette conférence a permis d’effectuer un tour d’horizon des mesures engagées par le ministère depuis plus d’une décennie, pour introduire l’enseignement à distance dans les cursus scolaires et universitaires. « L’enseignement virtuel n’est pas une nouveauté pour l’université, mais il s’agit à présent d’extraire les leçons de cette expérience vécue durant le COVID19 pour en pérenniser les acquis », a relevé Pr Berrada qui prépare, avec un groupe d’experts, un Livre blanc qui sortira prochainement et qui portera sur des recommandations concrètes en matière d’enseignement digital à mettre en place à la sortie de la crise sanitaire.

« Au niveau du primaire et du secondaire, nous avons aussi fourni un effort soutenu depuis 2015 pour mettre à disposition des enseignants et élèves, via une plateforme dédiée, des contenus pédagogiques et des formations ciblées en faveur des enseignants. Je précise que le défi de l’Education nationale durant le Covid19 a été de mettre à disposition plus de 6 000 cours en faveur de 8 millions d’élèves à travers le pays », a expliqué Mme Laaziz.A noter que le programme GENIE a remporté le prix de l’UNESCO en 2018 en reconnaissance des avancées effectuées durant les 15 dernières années en matière d’enseignement numérique.

Selon les deux expertes de l’enseignement, l’offre pédagogique est donc aujourd’hui disponible, les classes virtuelles sont une réalité. Il reste à améliorer les infrastructures pour permettre la généralisation des tablettes à usage pédagogique auprès des élèves, et la connexion des régions enclavées pour favoriser l’égalité des chances.
« Les aspects techniques peuvent être réglés comme l’a démontré la forte mobilisation des opérateurs télécoms et autres partenaires publics et privés, au déclenchement de la crise. Mais, à présent, le plus crucial est de consolider cet élan de solidarité au-delà de la crise,pour améliorer notre performance éducative grâce à la digitalisation », précise Hamza Debbarh. Selon lui, c’est en mobilisant l’écosystème qui réunit l’administration, les enseignants, les élèves et les parents que le Maroc réussira cette transformation managériale, clé de la réforme pédagogique.

Les trois intervenants ont reconnu à l’unanimité quece moment historique marqué par une mobilisation générale devrait faciliter l’émergence d’une nouvelle vision. Celle-ci serait basée sur une approche pédagogique mixantenseignementenprésentiel et à distance, avec à la clé,l’adoption rapide d’une batterie de mesures de soutien et d’accompagnement des enseignants et des élèves,etdonnant naissance à une école de qualité, accessible à tous.

L’autre temps fort de cette rencontre virtuelle a porté sur la diffusion de témoignages de terrain relatifs à la pratique de l’enseignement virtuel durant le Covid19. Après M.BenkacemElGdali, enseignant de littérature arabe au lycée Al Ouahda de Tiznit, M. Nabil Ezzemani, étudiant en MASTER 2 de la Faculté des Sciences Economiques, Juridiques et Sociales de l’Université Hassan II de Casablanca, et ambassadeur Jamiati, ont, tous deux, évoqué les apports et difficultés de cette expérience au quotidien.Enfin, en clôture de la rencontre, ont été diffusées des œuvres artistiques traduisant la perception du Covid 19 par les enfants bénéficiaires du programme Académie des arts de la Fondation Attijariwafa bank.

À travers ce nouveau format de conférences et ses diverses actions citoyennes, la Fondation Attijariwafa bank démontre, une fois de plus, sa volonté de favoriser la proximité avec l’ensemble deses partenaires,tout en soutenantun débat constructif autour de thématiques d’actualité qui concernent l’avenir de notre pays.