Non classé

Rim Battal: Les Quatrains de L’All Inclusive

Dans Les Quatrains de l’all inclusive, chaque poème se compose de 4 parties qui dressent une image, un souvenir, une intuition, un questionnement sur le corps, le corps contraint ou libre, la facilité et le confort que l’on paye de sa liberté, les rapports de pouvoir dans l’amour filial, la maternité heureuse ou souffrante, être fille d’une femme et mère de filles, l’amour à oscillations, la sexualité de la « milf », l’état actuel du monde en feu, l’indécision, le rêve. Comment guérit-on de l’enfance, de sa mégalomanie et ses dépendances, de ses phobies.

Un recueil de pensées, fragments, poèmes sertis dans un texte en prose, à la lisière du journal, écrit au jour le jour, de l’essai et de l’autobiographie. A la manière des Essais, la poète, Sisyphe en escarpin, constate, tente de
comprendre et de trouver le mot juste pour dire le corps, le désir, la colère, le tire-lait, le placenta, les boulettes de Kefta, la génétique, l’épuisement…

Qu’il s’agisse de voyage ou de traversée, d’amour ou d’ambition, Transport commun nous achemine entre politique et intime, intime et universel, toujours avec la violente franchise qui caractérise l’écriture de Rim Battal. Tanger, où se côtoient l’occidental voyageur et la misère, Melania Trump et la sainteté de la playmate, ou encore la vie d’une jeune femme, l’amour, la maternité, tels sont les thèmes qui parcourent le livre.

Latex, c’est le corps qui se meut dans la ville. Son œil accoutumé à l’obscurité regarde et nous raconte ses soulèvements à travers la petite histoire, collective et récente, intime et immémoriale.

Le premier livre de Rim Battal, jeune femme marocaine, est un manifeste pour la vie, dans sa violence, sa transgression mais aussi dans sa douceur.
Place de la femme dans une société masculine, place de la femme au milieu des autres femmes, place du désir qui guide et mène la danse. Les mots, les phrases, vont au plus court, au plus frappant.
Comptine pour se réveiller et regarder le monde, se battre et aimer. Rim Battal réinvente de façon vivifiante une langue de l’enfance et de l’âge adulte avec une sensibilité puissante et fragile.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page