Finances-CréditNewsslide

Endettement: les ménages ont emprunté près de 14 milliards de dirhams en 2020

Le rapport 2020 de Bank Al-Maghrib montre que les crédits à la consommation ont reculé de 2,6 milliards de dirhams au moment où les prêts à l’habitat ont affiché un accroissement de 7,4 milliards de dirhams contre 7,9 milliards de dirhams en 2019.

Dans sa livraison du 3 août 2021, Aujourd’hui Le Maroc revient sur le rapport d’activité 2020 de Bank Al-Maghrib  qui consacre tout un chapitre à l’endettement des ménages marocains. La Banque Centrale relève une amélioration de 104,1 milliards de dirhams des avoirs des  financiers des ménages en 2020, fait remarquer le quotidien. «Cette évolution traduit essentiellement une hausse de 50,4 milliards de dirhams de leurs détentions en numéraire, ainsi qu’un accroissement de 42,8 milliards de leurs dépôts, avec en particulier un rebond de 45,1 milliards de dirhams de ceux à vue», explique Bank Al Maghrib, ajoutant que les détentions en titres d’OPCVM sont restées stables après une amélioration de 1,2 milliard une année auparavant.

Aujourd’hui Le Maroc souligne aussi que le flux des emprunts contractés par les ménages auprès des sociétés financières s’est établi à 13,9 milliards de dirhams en 2020 contre 20,5 milliards en 2019. «Dans le détail, les crédits à la consommation ont reculé de 2,6 milliards de dirhams après une progression de 6,8 milliards de dirhams au moment où les prêts à l’habitat ont affiché un accroissement de 7,4 milliards de dirhams contre 7,9 milliards de dirhams en 2019. De l’autre côté, les opérations financières des administrations publiques avec les résidents ont été marquées par une progression du flux de leurs engagements ainsi qu’un ralentissement de celui de leurs créances», observe la Banque Centrale.

On note aussi que les émissions nettes en bons du Trésor ont atteint à fin 2020 les 43,6 milliards de dirhams après s’être établies à 10,9 milliards de dirhams en 2019. De même, les dépôts auprès du Trésor ont enregistré un repli de 6,9 milliards de dirhams contre une progression de 7,6 milliards de dirhams un an auparavant. On remarque que ces dépôts, constitués principalement des placements des organismes de prévoyance et retraite à régime obligatoire, des actifs financiers des administrations publiques, se sont améliorés de 5,4 milliards de dirhams. Aussi, leurs détentions en titres d’OPCVM s’inscrivent en hausse. Le journal indique qu’elles ont affiché une augmentation de 13 milliards de dirhams au moment où leurs dépôts ont totalisé un additionnel de 2,8 milliards de dirhams.

Aujourd’hui Le Maroc fait remarquer qu’en ce qui concerne les sociétés non financières, leurs engagements se sont alourdis de 21,3 milliards de dirhams. Pour Bank Al Maghrib, cela s’explique par l’accroissement de 10,7 milliards de dirhams des émissions nettes de titres en dette.  En analysant les actifs des sociétés non financières, Bank Al Maghrib relève une hausse de 2,2 milliards de dirhams à fin 2020. Cette progression résulte de la hausse de 10,1 milliards de leurs dépôts à vue et de 2,9 milliards de leurs détentions en Bons du Trésor », détaille Bank Al-Maghrib.

Source: Le 360

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page