Bien-Etre SantéNewsslide

Covid-19 : Le sous-variant AY4.2 sous étroite surveillance au Maroc

Même s’il n’est pas encore détecté au Maroc, le sous-variant du Delta, AY4.2, fait l'objet de toutes les attentions de la part des autorités sanitaires au Maroc.

Selon des sources citées par le quotidien Assahra Al Maghribia, Les services en charge du séquençage génomique du SARS-CoV2 du Centre national de la recherche scientifique et technique (CNRST) de Rabat, se penchent actuellement sur le suivi du développement des souches génomiques du variant Delta à l’échelle nationale. Cette alerte coïncide également avec le rebond du nombre de cas d’infections de la Covid au niveau de l’Europe.

La surveillance génomique au Maroc concerne 47 types de sous-mutants du virus et en particulier le variant AY4.2, indique Pr. Mustafa Al Fahim, directeur de la plateforme génomique fonctionnelle (CNRST). Il indique dans ce sens que « la recherche génomique actuelle a révélé la prévalence du sous-mutant de Delta, AY33 au Maroc, ainsi que des cas limités d’infections dues au variant Mu », explique le scientifique. Il note également la prévalence des variants Delta et Alpha, avec une prédominance de plus de 90 % dans certaines régions du premier type. Il a signalé par ailleurs la présence d’autres souches, dont des mutations spécifiques au Maroc, en particulier 4 sous-mutations de Delta au niveau local. Ces sous-variants s’ajoutent donc aux 10 autres identifiés à l’échelle mondiale. Ces données de suivi concernent la période de juillet à septembre 2021, explique le responsable.

En revanche, Al-Fahim a confirmé qu’aucun cas d’infection par le sous-mutant appelé AY42, répandu dans plusieurs pays du monde, n’a été enregistré au Maroc, sans éliminer la probabilité de le détecter ultérieurement au niveau national.

Dans son dernier point sur la pandémie, l’OMS avait noté une augmentation de la transmission de la séquence AY.4.2 depuis juillet. Au Royaume-Uni notamment, une augmentation graduelle dans la proportion de nouveaux cas est constatée. La semaine du 27 septembre, il représentait 6 % des nouveaux cas, selon l’Agence britannique de sécurité sanitaire. Une proportion montée à 8 % le 17 octobre. Et actuellement, il serait repéré dans près de 10 % des tests, indique l’organisation.

Source: Le Matin 

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page