Bien-Etre SantéNewsService publicslide

Campagne agricole: Des précipitations qui redonnent espoir

Les récentes pluies qui se sont abattues, récemment, sur les différentes régions du Royaume ont redonné du baume au cœur aux agriculteurs et à tous les Marocains, au milieu d’une campagne agricole peu rassurante, marquée jusqu’ici par un déficit hydrique préoccupant.

Cet espoir est tout aussi ravivé à la faveur du lancement et de l’opérationnalisation sur le terrain du programme exceptionnel de réduction de l’impact du déficit pluviométrique, conçu et élaboré en exécution des Hautes Orientations Royales.

En effet, au 17 mars 2022, les retenues des principaux barrages du Royaume ont légèrement augmenté, atteignant plus de 5,3 milliards de mètres cubes (m3), soit un taux de remplissage d’environ 33%, résultat des récentes pluies. A la même date de l’année écoulée, les réserves de barrages avaient accumulé 8,22 milliards de m3, soit un taux de remplissage de 51%.

A vrai dire, la campagne agricole 2021/2022 est pénalisée par de réelles difficultés climatiques. En comparaison avec une saison normale, le déficit pluviométrique a atteint 64% à mi-février 2022, impactant significativement le taux de remplissage des barrages à usage agricole qui s’est limité à 32,8% à fin janvier 2022, après 45% à la même date, un an auparavant.

Dans cette optique, le programme exceptionnel de soutien au monde rural a pour objectif d’atténuer l’effet du retard des précipitations, alléger l’impact sur l’activité agricole et soutenir les agriculteurs et les éleveurs impactés. Il ambitionne, notamment, de juguler les effets du retard des précipitations en attendant le retour des pluies en mars, et ce en vue de soutenir les cultures printanières.

Plusieurs mesures ont été ainsi prises dans le cadre de la mise en oeuvre de ce programme d’urgence et de ses différents axes, de quoi rassurer les agriculteurs et les éleveurs face à une saison exceptionnelle, caractérisée par un déficit pluviométrique important en comparaison aux années précédentes.

Ainsi, bon nombre d’observateurs et économistes s’accordent à dire que ce programme devrait soutenir la situation socio-économique des agriculteurs tout en contribuant à limiter la régression du produit intérieur brut (PIB) agricole.

De surcroît, ce programme à dimension proactive vient à point nommé puisqu’il porte sur une série de mesures, destinées à prémunir le secteur agricole des conséquences et effets du retard des précipitations.

L’enveloppe accordée à ce programme est estimée à 10 de milliards de dirhams (MMDH), dont une contribution de 3 milliards de dirhams du Fonds Hassan II pour le développement économique et social.

Le Programme s’articule, notamment, autour de trois axes principaux : le premier, dont le coût est de 3 MMDH concerne la protection du capital animal et végétal et la gestion de la rareté des eaux.

Le deuxième, vise l’assurance agricole, en procédant à l’accélération de la mise en œuvre de l’assurance sécheresse pour les agriculteurs, pour un capital assuré par les agriculteurs atteignant 1,12 MMDH sur une superficie de 1 million d’hectares.

Quant au troisième axe, doté d’un budget de 6 MMDH, son objectif consiste à alléger les charges financières des agriculteurs et des professionnels.

A travers ce dernier axe, le programme vise le rééchelonnement de la dette des agriculteurs, le financement des opérations d’approvisionnement du marché national en blé et aliments du bétail et ce, au-delà du financement des investissements innovants en matière d’irrigation.

Toutes ces mesures, aussi bien urgentes que judicieuses, sont à même d’appuyer les agriculteurs en leur sauvant la mise et les préparant sereinement à la prochaine campagne. Les récentes pluies, elles, auraient, espérons-le, un impact positif sur les ressources en eau et la nappe phréatique, sérieusement impactées par le recul de la pluviométrie.

Des pluies dans les prochaines semaines demeurent tout autant souhaitables dans une perspective de sauver les cultures printanières, le pâturage dédié à l’élevage tout en assurant l’irrigation des arbres fruitiers.

Source: MAP

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page