Culture LoisirsHôtels-VoyagesNewsslide

Aéroports: la douane serre la vis sur les marchandises et les cadeaux

La Douane installe de nouvelles mesures restrictives à l’entrée et la sortie des aéroports. Les marchandises et cadeaux d’une valeur supérieure à 2.000 dirhams seront systématiquement taxés. Cet article est une revue de presse tirée du quotidien L’Economiste.

C’est décidément la fin de l’insouciance en matière de transport d’objets, marchandises ou autres cadeaux, de et vers le Maroc pour les voyageurs, les MRE et les touristes étrangers. Les services de la Douane ont adopté de nouvelles mesures restrictives à l’entrée et la sortie des aéroports. Désormais, il faudra payer des droits et taxes pour tout «cadeau» d’une valeur supérieure à 2.000 dirhams, indique le quotidien L’Economiste dans son édition du 27 octobre.

«En tant que voyageur en visite au Maroc, vous êtes autorisé à ramener de l’étranger, sans formalités douanières ni paiement de droits et taxes à l’importation des cadeaux en quantité limitée et sans caractère commercial dans la limite d’une valeur globale de 2.000 dirhams», précise la douane, citée par le quotidien. En dehors de cette limite, la marchandise en question doit être déclarée avec paiement des taxes et droits correspondant.

Dans les aéroports internationaux du Royaume, un protocole dédié à cette nouvelle réglementation et des affiches expliquant le dispositif ont été mis en place. On apprend, par exemple, qu’un voyageur «n’a le droit de transporter qu’un seul parfum de 150 ml et une seule eau de toilette de 250 ml», lit-on.

Autre exemple, chaque voyageur n’aura désormais droit qu’à une seule cartouche de cigarettes. Et tous les médicaments transportés doivent être justifiés par une ordonnance médicale ou un certificat. «Les médicaments à usage personnel sont en principe admis en franchise (exonération) des droits et taxes d’importation. Mais à condition de produire les documents médicaux y afférents», précise L’Economiste.

Dans le même ordre d’idée, l’importation des dirhams est tolérée à hauteur de 2.000 dirhams. «En important des dirhams en quantité supérieure au seuil autorisé, vous commettez une infraction de change et serez passible de sanctions», annonce la Douane. Les objets personnels, autorisés, doivent néanmoins être réexportés à la fin du séjour. A défaut, il faudra les déclarer et en payer les taxes et droits.

Source: Le 360

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page