Finances-CréditNewsslide

Marsa Maroc, a-t-elle été bradée?

C’est la question que se pose Omar Balafrej, député du PSU. Il a adressé une question dans ce sens au département des Finances. A Medias24.com revient le mérite d’avoir fait un article bien détaillé sur la problématique. Article à consulter sur ce lien http://www.medias24.com/MAROC/MARCHES/170700-L-Etat-a-t-il-perdu-2-milliards-de-DH-dans-l-operation-Marsa-Maroc.html.

Le constat sur lequel se base Balafrej est l’explosion du titre Marsa Maroc après son introduction en Bourse. Introduite à 65 dirhams en juillet 2016, l’action se négocie aujourd’hui autour de 135 dirhams. Ce qui fait dire à Balafrej que le manque à gagner pour l’Etat, et donc pour le contribuable, est de 2 milliards de dirhams!

Qu’en a été-t-il dans les faits, y-t-il eu sous-valorisation préméditée?

L’article medias24.com rapporte le témoignage très instructif de Khalid Cheddadi, DG CIMR. Ce dernier affirme que la Caisse a décliné une offre de souscription au rachat d’actions Marsa Maroc avant introduction l’ayant jugé surévaluée. « Le risque de l’arrivée d’un concurrent ne nous a pas semblé suffisamment pris en considération dans le business plan accompagnant l’IPO », argue-t-il.

A Consonews, nous avions, au moment de l’introduction, eu une position partagée en se posant cette question : Marsa Maroc en Bourse: bonne affaire ou cadeau empoisonné?

L’analyse financière confirmait l’idée d’un juste prix voire même d’une surcote. Mais notre analyse de bon sens économique penchait plutôt vers une nette sous-évaluation : « Au vu de l’importance stratégique de l’opérateur, de son métier, de son histoire, de son patrimoine immobilier, matériel et immatériel, on aurait tendance à dire que le prix est beaucoup trop peu par rapport à la valeur intrinsèque de l’entreprise ».

Aujourd’hui nous disons qu’il faut être très vigilant quant aux effets négatifs d’un brusque retour de manivelle!

 

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page