ImmobilierMaison FamilleNewsslide

La hausse des crédits immobiliers est là pour rester

Les taux des crédits immobiliers pratiqués par les banques ont augmenté de manière significative ces dernières semaines, en réponse aux deux hausses successives du taux directeur de 50 points de base opérées par Bank Al-Maghrib en septembre et décembre derniers. Cette décision a été prise pour lutter contre l’inflation. Les banques ont observé la situation jusqu’à fin janvier, puis ont finalement répercuté la hausse du taux directeur sur les prêts immobiliers. Cependant, l’ampleur de la hausse varie selon les établissements, avec des taux pratiqués s’échelonnant désormais entre 4,75 et 5,5% pour un financement de 1 million de dirhams sur une durée de 20 ans. Cela représente des hausses comprises entre 40 et 80 pbs.

Selon une étude intitulée «Les banques passent à l’offensive», réalisée par le comparateur-courtier en ligne Afdal.ma, cette tendance au renchérissement du crédit s’est accélérée depuis le début de l’année. Les taux s’affichent ainsi à 4,75% pour un prêt allant jusqu’à 800 000 dirhams sur 25 ans, soit une hausse de 55 points de base par rapport à janvier 2023.

Ce renchérissement du coût du crédit impactera les futurs acquéreurs, ainsi que ceux qui ont opté pour des prêts à taux variables qui verront leur traite augmenter mécaniquement. En revanche, les crédits immobiliers à taux fixe en cours de remboursement seront épargnés. Les acquéreurs qui présentent un bon profil de risque et un dossier solide pourront toujours négocier de meilleures conditions de financement.

Cependant, cette hausse n’est pas terminée. Bank Al-Maghrib a en effet annoncé une nouvelle hausse de son taux directeur de 50 pbs le 21 mars dernier, le portant à 3%, soit son plus haut niveau depuis 2014. Cette décision devrait amener les banques commerciales à revoir à la hausse les taux débiteurs et à resserrer davantage les conditions de financement des prêts immobiliers. Cette situation se reflète déjà dans les derniers chiffres de la banque centrale sur la production de crédits, qui montrent une nette décélération des prêts immobiliers en janvier, n’enregistrant qu’une hausse limitée de 0,2% par rapport à décembre 2022.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page