PIB 2019: la consommation des ménages passe à la trappe, celle des administrations explose!

2020 sera l’année de la récession économique, ça c’est certain. Mais sait-on qu’elle fait suite à une année 2019 où l’économie ralentissait déjà?

En effet, d’après les derniers chiffres HCP relatifs à l’arrêté des comptes nationaux, « l’économie nationale a enregistré en 2019 un ralentissement de la croissance se situant à 2,5% au lieu de 3,1% en 2018 ».

Cette contre-performance est largement expliquée par la déroute du PIB agricole. Ainsi, la valeur ajoutée du secteur agricole (non compris la pêche) a baissé de 5,8% en volume après une hausse de 3,7% en 2018. Cela quand la valeur ajoutée des autres secteurs d’activité non agricoles augmente de 3,8% au lieu de 2,9% en 2018.

Mais le fait le plus impactant est le ralentissement de la demande intérieur, traditionnel moteur de la croissance au Maroc. Celle-ci a en effet augmenté en volume de 1,8% en 2019 au lieu de 4% en 2018, contribuant ainsi pour 2 points à la croissance économique nationale au lieu de 4,4 points l’année précédente.

Dans ce sens, les dépenses des ménages se sont sensiblement contractées croissant d’à peine 1,8% au lieu de 3,4% en 2018. Leur contribution au PIB a ainsi été divisée par deux: 1 point au lieu de 2.

Paradoxalement, l’appétit des administrations a doublé de vigueur avec une consommation augmentant de 4,7% en 2019 au lieu de 2,7% une année auparavant. Malgré ce doublement (des dépenses), la contribution de la consommation du secteur public à la croissance est restée limitée: 0,9 point au lieu de 0,5 point.²a