LPL du FMI : Jouahri contre le renouvellement

«Le contexte actuel n’est pas propice au renouvellement de l’accord liant le Maroc au Fonds monétaire international (FMI) au titre de la Ligne de précaution et de liquidité (LPL) », c’est la réponse du wali de Bank Al-Maghrib, Abdellatif Jouhari à la question notre confrère du 360, lors de son point de presse trimestriel ce mardi 22 septembre.
«Si vous voulez renégocier la LPL, qui prend fin en décembre prochain, il faut remplir les critères d’éligibilité qui sont au nombre de cinq, dont deux requérant une certaine souplesse de la part du FMI», ajoute Jouahri. Selon le 360, Jouahri estime que le moment n’est pas propice au renouvellement de cet accord. «Le Maroc dispose de réserves de devises suffisantes pour pouvoir gérer la situation actuelle et celle de l’après-pandémie. Selon les chiffres communiqués par BAM ce mardi, les réserves de devises devraient atteindre 295 milliards de dirhams à fin 2020, soit l’équivalent de plus de six mois d’importations de biens et de services», note le wali de Bank Al Maghrib. En avril dernier Rabat a procédé à un tirage sur la Ligne de Précaution et de liquidité (LPL) pour un montant équivalent à près de 3 milliards de dollars, remboursable sur une période de 5 ans.

Comments are closed.