La CDG et l’AFD présentent la version intermédiaire du premier panorama des financements climat au Maroc

La Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG) et l’Agence Française de Développement (AFD) ont
organisé le mercredi 04 novembre une présentation en ligne de la version intermédiaire du
premier panorama des financements climat au Maroc.
Sous la présidence de M. Abdellatif Zaghnoun, Directeur Général de la CDG, et M. Rémy
Rioux, Directeur Général de l’AFD, la rencontre a permis de dresser l’état des flux financiers
investis dans les projets climatiques d’adaptation et d’atténuation pour la période
2011-2018.
Le webinaire a vu la participation de plusieurs parties prenantes marocaines de premier plan :

  • Mme Mbarka Bouaida, Présidente de la Région Guelmim-Oued Noun,
  • M. Mohamed Benyahia, Secrétaire Général du Département de l’Environnement,
  • M. Khalid Safir, Wali Directeur Général des Collectivités Locales au Ministère de l’Intérieur,
  • M. Said Mouline, Directeur Général de l’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique,
  • M. Mounssif Aderkaoui, Directeur des Etudes et des Prévisions Financières au Ministère
    de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration,
  • M. Mihoub Mezouaghi, Directeur du Bureau Maroc de l’AFD et
  • M. Hamid Tawfiki, Administrateur Directeur Général de CDG Capital.

Des experts marocains et étrangers ont également apporté leur témoignage et contribution
dont M. Benoît Leguet, Directeur Général du Think Tank I4CE, M. Matthieu Orphelin, Député
français, et M. Arnaud Leroy, Président de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de
l’énergie (Ademe – France) et M. Tayeb Amegroud, Expert en politiques énergétiques.
Alors que la lutte contre le dérèglement climatique constitue une priorité mondiale, le Maroc,
guidé par la vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’Assiste, s’inscrit au premier
rang des pays mobilisés. Le Royaume a ainsi engagé plusieurs actions déterminantes afin
d’augmenter la part des énergies renouvelables dans son mix énergétique et réduire ses
émissions de gaz à effet de serre, mobilisant dans ce cadre la sphère publique et privée. Dans
ce contexte, les intervenants ont largement échangé sur les engagements des porteurs de
projets, le rôle des institutions financières et la cohérence entre les attentes et exigences des
acteurs concernés.

Commentaires: 0

Votre Email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués par *