Finances-CréditNewsslide

Baisse de 13% des recettes de l’IS à fin mars 2021, compensée par la hausse de l’IR

La baisse des recettes fiscales brutes de la Direction Générale des Impôts est limitée à -1,5% à fin mars 2021. L'IS a baissé de 13,2% contre une hausse à deux chiffres des recettes de l'IR.

Comme attendu, les recettes fiscales gérés par la DGI, que Médias24 a pu consulter, sont en baisse. Cependant, cette baisse reste très limitée au regard de la conjoncture. Elle a été contenu à -1,5% à fin mars 2021 par rapport à la même période en 2020.

Le total des recettes brutes ressort à 46,3 milliards de DH contre 47 milliards à fin mars 2020. Même comparées à fin mars 2019, une année « normale », les recettes sont en baisse d’à peine de 2,8%.

La DGI a réalisé 31,5% de son objectif fiscal pour l’année 2021 qui ressort selon les prévisions de la loi de finances à 147,2 MMDH.

Deux postes, l’IR et l’IS, ont connu des variations opposées.

Baisse remarquée de l’IS

Les recettes de l’IS ont baissé de 13,2% par rapport à mars 2020. Cette baisse était prévisible dans la mesure où l’IS payé en mars 2021 est assis sur les bénéfices réalisés en 2020, qui est une année blanche pour de nombreux secteurs, notamment pour l’écosystème touristique.

Si elle semble relativement limitée, cette baisse des recettes de l’IS est beaucoup plus importante si l’on compare l’impôt collecté en mars 2021 par rapport à la même période en 2019. Elle est de de 31,6% ou 4,2 milliards en moins.

 

Hausse inattendue de l’IR

Malgré cette baisse importante de l’IS, les recettes globales ont réussi à se maintenir grâce à une hausse inattendue et importante des recettes de l’IR.

En effet, il ressort des chiffres obtenus par Médias24, que les recettes de l’IR ont augmenté de 10,8% passant de 12,6 MMDH à presque 14 MMDH.

A première vue, la hausse de l’IR peut paraitre non significative, dans la mesure où l’année 2020 a été marquée par une certaine bienveillance de la part de la DGI à l’égard des entreprises leur accordant ainsi un report ou un étalement du paiement des impôts.

De cette hypothèse, on peut conclure que la hausse de l’IR à fin mars 2021 s’explique par un effet de rattrapage par rapport à 2020.

Sauf qu’en comparaison avec mars 2019, la hausse de l’IR collecté passe à 12,3%. A ce stade, plusieurs éléments peuvent expliquer cette hausse.

D’un côté, il y a l’effort de régularisation mené par la DGI fin 2020 avec de nombreux secteurs où plus d’une vingtaine de conventions sectorielles ont été signées avec pour objectif de rétablir la confiance et de démarrer une nouvelle page où les déclarations fiscales se rapprochent le plus de la réalité.

D’un autre côté, il y aussi les mesures d’encouragement de l’emploi qui pourraient avoir un impact.

 Stabilisation de la TVA à l’intérieur

En ce qui concerne la TVA à l’intérieur, elle a maintenu son niveau à 11,8 MMDH contre 11,77 MMDH à fin mars 2020.

Comparé à 2019, les recettes de TVA  à fin mars 2021 sont en hausse de 10,3%.

Supposé augmenter d’une année à l’autre, force est de constater que le niveau de consommation est en stagnation, ce qui reflète les difficultés enregistrées sur le marché intérieur en raison de la crise.

Source: Medias 24

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page